Vergetures : stop aux complexes, on assume ! Des femmes témoignent

Marina Demeshko / istockphoto

Sommaire :

On les déteste, on les maudit, on ne voit qu’elles. Les vergetures sont des marques indélébiles, pas toujours bienvenues, que le temps laisse sur notre corps. Qu’il se transforme pendant la puberté, que l’on prenne du poids pendant une grossesse, que l’on en perde au cours de sa vie, notre corps se transforme continuellement et les vergetures racontent cette évolution. Quand on y pense, on en a quasiment toutes, non ? D’après le CMCE Paris, 70 % des femmes en possèdent, ce n’est pas rien ! Peu importe son âge, sa couleur de peau, sa morphologie, tout le monde peut en avoir, sans exception. Sur les cuisses, sur le ventre, sur la poitrine, sur les jambes… On en trouve à peu près partout, plus ou moins marquées, de couleur blanche, violette ou même rouge.

Si ce phénomène est on ne peut plus courant, pourquoi avons-nous tant de mal à l’accepter ? Dans les magazines, sur les sites de prêt-à-porter, à la télévision, sur les réseaux sociaux… C’est le résultat de longues années à être exposés à des silhouettes lisses, sans aucune marque sur la peau, nous laissant penser que nos vergetures n’ont rien d’anodin. Longtemps considérées comme des imperfections, nombreuses sont celles qui en ont encore honte.

Aujourd'hui, avec l’essor du mouvement "body positive", il est plus courant de voir des femmes les afficher fièrement et les assumer, à tel point que certaines marques ne "photoshopent" plus le corps de leur mannequin. Gaëlle, 22 ans, et Sarah-Yasmina, 31 ans, font partie de ces (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite