Verkor franchit un pas décisif pour sa gigafactory de batteries, Renault sera le premier client

La start-up française Verkor a franchi jeudi un pas décisif pour l'installation à Dunkerque (nord de la France) de sa gigafactory de batteries, bouclant une levée de fonds record, l'Etat subventionnant le projet dans l'espoir de faire monter en puissance l'industrie européenne de la voiture électrique face à la concurrence asiatique. L'entreprise, qui fournira d'abord Renault, a annoncé avoir réuni "plus de 2 milliards d'euros", dont le montant record "d'au moins 850 millions d'euros" auprès d'investisseurs privés - la plus importante levée de fonds d'une jeune pousse française à date. S'y ajoute une subvention publique d'environ 650 millions d'euros - sous réserve de la validation par la Commission européenne - ainsi qu'un prêt de 600 millions d'euros de la Banque européenne d'investissement.

Cité dans un communiqué de l'entreprise, le président Emmanuel Macron "félicite" Verkor pour ce tour de table "historique" qui "envoie un signal fort sur notre ambition de réindustrialisation". "La France attire, se réindustrialise, décarbone son économie, crée des emplois!", a-t-il ajouté sur le réseau X (ex-Twitter). L'opération, "une étape très importante", valorise la start-up à "plus d'un milliard d'euros", a indiqué à l'AFP Benoit Lemaignan, cofondateur et président de l'entreprise. Fondée en 2020, Verkor a inauguré fin juin à Grenoble son usine pilote de batteries à haute puissance et compte ouvrir d'ici 2025 son usine à Dunkerque - avec 1.200 emplois directs à la clé et une production (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite