Versailles : tout ce qu'il faut savoir sur le Potager du Roi

Louis XIV commande en 1678 l'assèchement d'un "étang puant" pour y créer un potager assez près du château pour sa promenade. Après cinq ans de travaux, le résultat est magnifique : sur neuf hectares, vingt-neuf jardins clos cernent un grand carré en contre-bas, au centre duquel s'épanouit un jet d'eau. Une trentaine de jardiniers s'y affairent et le roi va même y apprendre l'art de tailler les fruitiers. Nul n'ignore sa passion pour les petits pois, qui affole son médecin, car Mansart en serait mort !

Ayant découvert en Italie que le jardinage est un art et une science, l'avocat parisien change de métier. Il se forme au jardinage, se lie à la Royal Society de Londres et se montre si brillant qu'on l'appelle à Chantilly, Sceaux et Versailles où il devient le directeur des jardins fruitiers et potagers. L'ouvrage posthume qui consigne ses travaux, Instruction pour les jardins fruitiers et potagers, explique "ce qui, tant pour l'abondance que pour l'agrément, peut faire réussir avec plus de facilité et moins de dépense". Non content d'acclimater le melon et la figue, d'obtenir un allongement des cultures des "hâtifs" aux "tardifs", il est le pionnier de l'étude de la sève et l'inventeur de la plantation à racines nues.

Fruits préférés de La Quintinie, les poires y sont reines, représentées par 51 variétés, contre 31 pêches, 21 pommes, 10 figues, 6 prunes, 5 cerises et 3 abricots, mis à part les agrumes de l'orangerie. Aujourd'hui, plus de 450 variétés fruitières sont cultivées. Les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles