“Qui veut être mon associé”: les internautes scandalisés par l'un des projets présentés dans l'émission

C'est l'une des nouvelles émissions phares de la sixième chaîne. Qui veut être mon associé est un programme qui permet à des apprentis entrepreneurs de présenter leurs projets à des patrons et d'essayer de les convaincre d’investir leur argent, parfois des dizaines de milliers d’euros. Tous les mardis, des anonymes de tous âges, désireux de se lancer dans l'entrepreneuriat, viennent vendre leurs idées. En manque de certains éléments cruciaux pour concrétiser leur rêve, ils rencontrent six experts accomplis. Marc Vanhove, Delphine André, Marc Simoncini, Frédéric Mazzella, Éric Larchevêque et Catherine Barba sont tous des chefs d'entreprises florissantes qui viennent proposer leur aide et contribuer aux projets qui selon eux feront le monde de demain. Ce mardi 21 janvier, l'un des projets présentés par deux passionnés a suscité la colère et l'incompréhension de nombreux internautes...

⋙ Julien Courbet, ému, se confie sur la mort "glauque et dramatique" de son père

Philippe et Grégory ont rapidement expliqué à Julien Courbet qu'ils rencontraient des problèmes de trésorerie. Leur projet ? Créer une plate-forme digitale pour le monde de la pêche. Les deux jeunes chefs d'entreprise demandent un apport de 200.000 euros contre 10% des parts de leur société. Leur idée de moderniser le loisir de la pêche n'a en tout cas pas trouvé d'écho favorable auprès des internautes qui se sont exprimés sur Twitter. "Les gentils pêcheurs de loisir, vomissez un de vous plus beaux hameçons, mettez la tête dans l’eau pendant quelques minutes le temps de prendre de jolies photos et partagez nous vos photos !" "Je voudrais voir si vous garder le sourire. Bien sur que la pêche c'est cruel", "Met toi un hameçon dans la bouche, tu vas kiffer", "La pêche ça doit rester un truc fun entre potes, pas besoin de tout un chichi ", peut-on lire parmi les commentaires. Et malheureusement pour les deux jeunes entrepreneurs aucun des experts n'a mordu à l'hameçon...

A lire aussi : EXCLU - Julien Courbet, ses rares

(...) Cliquez ici pour voir la suite