“Qui veut être mon associé” : une investisseuse trop radine ? Les internautes s’insurgent

Dans l'émission de M6, Qui veut être mon associé, le principe est simple : des entrepreneurs tentent chaque mardi soir d’en mettre plein la vue aux investisseurs Marc Simoncini, Catherine Barba, Frédéric Mazzella, Delphine André, Marc Vanhove et Éric Larchevêque, et espèrent repartir avec de l’argent et faire fructifier leur affaire. Bon nombre d’entre eux réussissent à convaincre les six experts, mais ces derniers sont exigeants et ne misent pas sur n’importe quel projet. Selon les téléspectateurs, certains sont tout de même plus exigeants que d’autres, à l’instar de Catherine Barba. L’experte en commerce électronique est souvent soufflée par les idées innovantes des candidats, mais ne met pas la main au porte-monnaie assez souvent à leur goût...

>>> Julien Courbet fête ses 55 ans : très prévoyant, il a déjà tout organisé pour sa retraite !

"Catherine va-t-elle faire un chèque lors de cette émission ?"," Catherine Barba : c’est délicieux votre produit j’adore j’adore j’adore, mais je vais passer"," Elle me fait rire Catherine elle commence toujours ses phrases par des compliments avec un grand intérêt pour le produit au final elle passe", ont souligné les internautes sur Twitter devant l'émission du mardi 11 février. Bon nombre d’entre eux ont été jusqu’à avancer que la femme d’affaires n’avait en réalité pas assez d’argent pour jouer à la business angel : "Catherine Barba : 'Votre produit est génial Vraiment innovant. En plus, c’est français MAIS malheureusement j’ai pas les thunes pour être votre associée. En vrai, j’ai pas une thune"", peut-on lire notamment.

Certains semblent oublier que l’entrepreneuse à succès a déjà investi plus de 160.000 euros depuis le 14 janvier, date de début de l’émission présentée par Julien Courbet. Et qu'outre ces placements malins effectués grâce au programme de M6, Catherine Barba est également administratrice ou investisseuse dans une dizaine de start-ups...

A lire aussi : “Qui veut être mon associé” : l’attitude de deux candidats “détestables”

(...) Cliquez ici pour voir la suite