Elle veut juste s'amuser : la superstar Cyndi Lauper fait ses adieux sur scène et elle est toujours aussi féministe

Ses tubes au succès planétaire ont fait d'elle une icône punk et féministe: aujourd'hui âgée de 71 ans, Cyndi Lauper, l'interprète de "Girls Just Wanna Have Fun" (1983), a décidé...

Ses tubes au succès planétaire ont fait d'elle une icône punk et féministe: aujourd'hui âgée de 71 ans, Cyndi Lauper, l'interprète de "Girls Just Wanna Have Fun" (1983), a décidé qu'il était temps de dire adieu.

Ses adieux, c'est en musique qu'elle compte les faire, avec une tournée mondiale qui commencera en Amérique du Nord, à partir d'octobre, avant de gagner l'Europe en février, annonce-t-elle à l'AFP. Elle sera à Paris le 28 février.

Pour des générations d'hommes et de femmes, elle est restée la femme à la longue crinière blonde et à l'attitude irrévérencieuse. Au total, elle a vendu plus de 50 millions d'albums grâce à des succès comme "Time After Time" et "True Colors".

Plus discrète ces dernières années, elle avait remporté en 2013 le Tony Award (récompensant le théâtre américain) pour la bande originale de la comédie musicale de Broadway "Kinky Boots".

QUESTION: Vous avez été renvoyée de deux écoles lorsque vous étiez une jeune fille. D'où vient cet esprit de rébellion ?

REPONSE: Ce n'était pas moi: c'était eux ! Je me suis opposée à un prêtre qui avait dit que ma mère irait en enfer. Qui peut dire à un enfant de huit ans que sa mère ira en enfer ? La deuxième fois, j'ai demandé à une religieuse si elle avait toujours ses règles, et ils m'ont jetée dehors. Je voulais rentrer chez moi parce que dans cette école...  certaines personnes ne devraient pas s'occuper d'enfants.

Q: Est-ce que vos tubes vous semblent...

Lire la suite


À lire aussi

"Nous courrons toutes un vrai danger" : les féministes dénoncent la menace que fait peser l'extrême droite sur les droits des femmes
Egalité des sexes, paix et heavy metal : ce girls band indonésien qui côtoie Dua Lipa fait rimer hard rock et féminisme !
C'est quoi au juste, le "micro-féminisme" ?