Le Viagra, un allié inattendu dans la lutte contre la démence

Le médicament améliore la fonction des vaisseaux sanguins du cerveau. | Felicia Montenegro via Unsplash
Le médicament améliore la fonction des vaisseaux sanguins du cerveau. | Felicia Montenegro via Unsplash

Les célèbres pilules bleues pourraient avoir un rendement insoupçonné. Le Viagra, couramment utilisé pour traiter les troubles de l'érection, ferait en effet partie du remède qui aiderait à prévenir la démence, comme l'explique The Independant. Il avait déjà été identifié récemment comme susceptible de combattre la maladie d'Alzheimer.

La démence vasculaire est la deuxième cause de démence chez les sujets âgés, après Alzheimer. Actuellement, plus de 55 millions de personnes sont atteintes de démence dans le monde, selon des chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Une récente étude menée par des chercheurs de l'université d'Oxford a révélé que le médicament, également appelé sildénafil, améliore la fonction des vaisseaux sanguins du cerveau chez les patients présentant un risque accru d'être atteints de démence vasculaire. Publiée dans Circulation Research, la recherche a porté sur soixante-quinze personnes ayant subi un accident vasculaire cérébral (AVC) mineur et présentant des signes de maladie légère ou modérée des petits vaisseaux.

Moins d'effets secondaires

Dans le cadre de cette enquête, les participants ont reçu du Viagra, un placebo et du cilostazol (un médicament similaire) sur des périodes de trois semaines et dans un ordre aléatoire. Non seulement les chercheurs ont observé que le Viagra augmentait le flux sanguin dans les petits et les grands vaisseaux du cerveau, mais ils ont également constaté que le Viagra et le cilostazol réduisaient la résistance des ces vaisseaux.

Or la démence vasculaire est causée par une diminution de la circulation sanguine dans le cerveau. Des lésions chroniques des petits vaisseaux sanguins du cerveau en sont la cause la plus fréquente. En outre, il n'existe actuellement pas de thérapie spécifique pour cette maladie. Les experts considèrent néanmoins que cette recherche pourrait transformer non seulement son traiteme…

Lire la suite sur Slate.fr