Victime d’un prêtre pédophile, il raconte son histoire au théâtre

·1 min de lecture

Laurent Martinez veut libérer la parole sur la pédophilie dans l’Église.

« Lui baisse mon slip. Lui penche la tête et me prend dans sa bouche. Il me demandera si j’aime. Je me suis entendu répondre “oui” ». Ce sont les mots poignants de Laurent Martinez. Dans « Pardon ? », une pièce de théâtre, il raconte son histoire. Celle d’un enfant victime de viol par un prêtre. Un témoignage qui fait écho à l’actualité avec la publication des conclusions de la Commission indépendante des abus sexuels dans l’Église catholique ce mardi. D’après le rapport Sauvé, 216 000 mineurs ont été victimes d’abus sexuels dans l’Église depuis 1950. Un chiffre qui monte à 330 000 si l’on comprend les victimes d’abus sexuels perpétrés par des laïcs. Parmi les victimes, la majorité sont des garçons, âgés entre 10 et 13 ans en moyenne.

Libérer la parole des victimes

« Pour pouvoir défendre l’Église dans ce qu’elle a de plus beau, il faut avoir le courage de voir ce qu’elle a de plus sale », explique à Brut Olivier Wendell, l’un des comédiens de la pièce . À la fin de sa représentation, Laurent Martinez rallume la lumière dans la salle et organise des conversations dans le but de libérer la parole avec des victimes qui seraient présentes dans la pièce. « C’est le reflet total, exact, de tout ce qu’on vit quand on est une victime. Moi-même j’ai été victime d’un membre de ma famille », confie une spectatrice au micro qui se passe de mains en mains dans la salle. « L’objectif de la pièce...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles