Vidéo - Bernard Loiseau : sa femme Dominique, émue, revient sur le suicide du chef étoilé

Ce dimanche 9 février, France 2 diffusait un reportage sur Bernard Loiseau dans 13h15 le dimanche. Le chef multi-étoilé est décédé le 24 février 2003 après s'être suicidé dans son lit. Dix-sept ans après sa mort, sa veuve, Dominique, livre un témoignage poignant sur le jour où elle a retrouvé le corps sans vie du chef. "Quand je l’ai trouvé, parce que c’est moi qui l’ai trouvé, raconte la veuve, je sais que je l’ai caressé. Il était très serein", a-t-elle révélé. Sous le choc de cette découverte macabre, Dominique Loiseau a immédiatement pensé à ses trois enfants Bastien, Blanche et Bérangère : "La première chose que j’ai dite, c’est : 'Bernard, tu ne verras pas grandir tes enfants'", a-t-elle confié. Dans le reportage, Dominique Loiseau a aussi expliqué que le chef souffrait en réalité de bipolarité. "Les semaines avant son décès, il était dépressif", a-t-elle lâché.

⋙ Déchu de sa troisième étoile, le chef Marc Veyrat accuse le guide Michelin d'avoir voulu "faire le buzz"

Il y a quelques années, Dominique s'était déjà confiée sur ce drame dans les colonnes du Point. Elle dévoilait notamment l'élément déclencheur qui a déstabilisé son époux trois semaines avant sa disparition. "J'aurais dû écouter davantage le ressenti de mes collaborateurs. Ceux qui vivaient avec lui, du matin jusqu'au soir, ont remarqué que Bernard a été ébranlé début février 2003 par un article de François Simon, le journaliste du Figaro, qui se targuait avant la sortie du Michelin de souligner que Bernard risquait de perdre sa troisième étoile...", avait-elle expliqué en évoquant le guide Michelin. Et de poursuivre. "Bien sûr, Bernard était très fatigué, puisque nous étions encore ouverts 365 jours dans l'année, ajoutait la veuve. Il ne comprenait pas non plus que la cuisine moléculaire puisse être présentée comme la vraie tendance de l'avenir. Bien des thèses ont aussi été soulevées par la presse sur des sujets aussi divers que notre vie privée ou des problèmes financiers. Ce n'était que supputations

(...) Cliquez ici pour voir la suite