Fabrice Luchini : cet objet insolite (et très sexy) que reçoit par centaine chaque semaine

Les visites de Fabrice Luchini dans le loft de C à vous, où il se sent comme à la maison, sont toujours gages de punchlines bien senties. Et celle du vendredi 6 mars n'a pas dérogé à la règle puisque l'acteur, très en forme malgré son anxiété au sujet du coronavirus, a livré un vrai comedy-show. Outre le fait d'avoir déballé sur le plateau tout son arsenal pour lutter contre la vilaine épidémie, le trublion s'est révélé aussi prolixe au moment de revenir sur ses débuts au cinéma. Et son message pourrait donner de l'espoir à tous ceux qui errent pour joindre les deux bouts. Car le comédien, à l'affiche de Des écrivains parlent d'argent, a essuyé nombre de refus et critiques. Il s'est notamment souvenu de la remarque du célèbre acteur Serge Rousseau, pas vraiment convaincu par son allure de jeune premier. "Il m'a dit : 'Écoutes, je ne vais pas te prendre parce que tu as un physique très très peu sexy.' Alors que j'étais mignon, j'avais des cheveux blonds", a-t-il confié avec sa verve habituelle. "J'étais pas une bombasse qui faisait couiner les grosses, mais j'étais ce que j'étais. Et voilà qu'il me dit : 'Tu réussiras jamais au cinéma, t'es pas sexué'."

⋙ "Vivement Dimanche" : Fabrice Luchini fougueusement embrassé par un célèbre chanteur

Autant dire que cet oiseau de mauvaise augure avait le compas dans l'oeil au vu de la longévité de Fabrice Luchini dans ce milieu. Nommé onze fois aux César, le compagnon d'Emmanuelle Garassino s'est dit fier d'avoir pris cette revanche personnelle, preuves à l'appui : "Il s'est trompé. Les centaines de strings sur la scène, les milliers de soutiens-gorge après Marx, c'est ça ma vie ! C'est des lettres, mes amis ! C'est des lettres que je reçois !" Il a ainsi dévoilé le contenu de l'une d'entre elles : "Votre diction me bouleverse, elle m'entraîne à quelque chose qui est de l'ordre de la sensualité. Mon ventre vous appelle." Ses fans ont su libérer les mots pour guérir les maux.

A lire aussi : Fabrice Luchini : 5 choses que vous ne saviez

(...) Cliquez ici pour voir la suite