[Vidéo] Edouard Baer improvise sur le déconfinement (et c'est encore beau)

Mathieu Dejean
(capture d'écran via Instagram)

Le 16 avril, Edouard Baer nous avait impressionnés par sa capacité à saisir le moment historique que nous vivons dans un des monologues dont il a le secret. Sur Instagram, il avait alors publié une vidéo, simple dans sa facture, dans laquelle il improvisait en faisant référence à une citation de John Lennon : “La vie c'est ce qui se passe quand tout ce qu'on avait prévu n'a pas eu lieu.”

“Ce matin j'ai croisé un masque avec personne derrière”

Depuis, il a continué à publier, de manière irrégulière, des chroniques similaires. Dans son nouvel instantané poétique du temps présent, publié le 3 mai, son esprit frappeur fait encore une fois mouche.

Sur le sample iconique de Still D.R.E., en un peu plus d'une minute, il relate de manière personnelle le déconfinement qui approche. Ce matin j'ai croisé un masque avec personne derrière, une peur pas habitée, une peur désincarnée”, commence-t-il, partageant un sentiment d'angoisse qui persiste par rapport à l'épidémie.

>> A lire aussi : [Vidéo] Cette parodie sur le confinement vécu par la haute bourgeoisie a plié le game

Poursuivant sur les écrans qui nous séparent, sur les contraintes qui nous empêchent, il débouche cependant sur l'espoir : “Et puis quand même petit à petit, au fond de nous, savoir que ça s'ouvre, que ça s'entrouvre, qu'on va y retourner, qu'on va se croiser et on a peur pourtant encore. Vivre c'est aussi se laisser surprendre, prendre ce qui nous est donné.” Il conclut en citant Victor Hugo : “Il faut étonner la catastrophe du peu de peur qu'elle nous fait.” Pas mieux.

>> A lire aussi : Confinés, Rone, Benjamin Biolay et Philippe Katerine lisent, écoutent, regardent