“N’oubliez pas les paroles” : les internautes scandalisés par une nouvelle grosse erreur dans l’émission

Avec un petit jour de retard sur le calendrier, on tirait les rois sur le plateau de N'oubliez pas les paroles en ce lundi 6 janvier. Sauf que la traditionnelle galette avait été remplacée par des chouquettes, confectionnées pour l'occasion par la reine Margaux, maestro record de l'émission avec 204.000 euros empochés en quinze participations. Mais si l'impressionnante championne et son répertoire XXL de 700 chansons ont bien digéré les fastes de l'Epiphanie avec deux nouveaux succès, la production du divertissement a, elle, beaucoup plus de mal à enchaîner les tournées. Déjà, le 26 décembre dernier, elle avait commis une grosse erreur qui aurait pu porter préjudice à Cindy. Nagui s'était d'ailleurs platement excusé un peu plus tard dans l'émission pour cet incident. Il se trouve que l'histoire a bégayé avec un nouveau cadeau en faveur du challenger...

⋙ "N’oubliez pas les paroles” : la maestro Margaux se confie sur Antoine, son compagnon

Pas pointé du doigt lors du direct, cette bévue a été rappelée par le chef d'orchestre du jeu lors du retour publicitaire. Alors qu'il devait retrouver les paroles de la chanson Elle me contrôle de Matt Pokora, Christophe a chanté "et guide mes pas". Mais l'informatique a affiché "et rythme mes pas", les vrais mots manquants à reconnaître, permettant injustement au candidat de poursuivre l'aventure. Ce que n'a pas manqué de faire remarquer les fidèles de NOPLP sur les réseaux sociaux, particulièrement furax. "Et allez, 2ème cadeau de l'informaticien", a déploré un internaute déçu, un autre se moquant allègrement des soucis techniques : "Le nouveau stagiaire a l'air aussi doué que l'ancien." Sentant cette déferlante de messages du genre, Nagui a joué la carte de l'honnêteté sur le plateau. "Normalement c'est Fabien qui fait ses boulettes (...) Maintenant c'est l'ordinateur qui donne les réponses. C'est un cadeau de la maison pour bien commencer 2020", a-t-il ironisé, assumant cette deuxième erreur en quelques jours. Jamais deux sans trois

(...) Cliquez ici pour voir la suite