Vidéos

  • Premier Acte - Alexandra : "La première fois après ma ligature des trompes, je me suis sentie bizarre, mais libérée"

    Alexandra a 26 ans et s'est fait ligaturer les trompes en 2019. Dans Premier Acte, elle accepte de revenir sur ses premiers rapports sexuels après s'être libérée du poids de la contraception. "Premier Acte" est une série de vidéos dans lesquelles un inconnu raconte, avec ses mots et sa sensibilité, sa première relation sexuelle. Ces vidéos peuvent ne pas être adaptées à tous publics et certaines peuvent risquer de heurter la sensibilité des plus jeunes. Si vous aussi vous souhaiter nous parler de votre première expérience sexuelle ou érotique, envoyez un mail à l'adresse suivante : carmenb@verizonmedia.com.

  • Prime Day : Les best-sellers de l'édition 2020 à travers le monde

    Le plus gros événément shopping d'Amazon rencontre chaque année plus de succès. À quelques jours de l'édition 2021, on vous dévoile quels ont été les produits les plus plébiscités lors de la précédente édition. En plus, certains sont en promotion. 

  • 5 astuces pour profiter du Prime Day d'Amazon comme un pro

    Organisé les 21 et 22 juin, le Prime Day d'Amazon recense des millions d'offres. Découvrez vite les meilleures astuces pour ne pas s'y perdre et mettre la main sur les meilleurs plans.

  • Façon Sexe - Les confessions de Patricia Herzman, ancienne call-girl et "fille" de Madame Claude

    A quoi ressemblait la vie d'une "fille" de Madame Claude ? Le géant Netflix a sorti sur sa plateforme un long-métrage consacré à la vie de cette énigmatique femme. Madame Claude, Fernande Grudet de son vrai nom, était à la tête d'un réseau de prostitution dans les années 60. Patricia Herzman a sorti "Call-girl du Tout-Paris : confessions d'une fille de Madame Claude" (éd.Nouveau Monde). Un ouvrage dans lequel elle raconte son année et demi passée aux côtés de Madame Claude. Une façon pour elle de dénoncer les clichés véhiculés par le film "Madame Claude" et de saluer "le courage" et "la classe" de celle qui lui a fait "gagner beaucoup de temps". Patricia Herzman revient également sur son aventure avec Gianni Agnellli, l'ancien dirigeant de la Fiat et raconte comment, au cours d'une escapade avec L'​Avvocato, elle a fait "trembler" l'Italie.

  • Premier Acte - Valentine (2/2) : "Il attendait que je m’endorme pour me pénétrer. J’ai fait un rejet total du sexe"

    Valentine a été victime d'un viol à l'âge de 16 ans. Comme beaucoup de victimes, elle s'est sentie coupable de ce qui lui était arrivé. Valentine avait peur du jugement et a préféré "oublier" son viol et "faire comme si de rien n'était". Quelques années plus tard, elle rencontre un homme qui abusera d'elle. Pour Yahoo, elle accepte de revenir sur les viols conjugaux dont elle a été victime.  Pour voir la version longue du Premier Acte de Valentine : https://fr.style.yahoo.com/premier-acte-valentine-j-%C3%A9t%C3%A9-145602894.html

  • Premier Acte - Valentine : "J’ai été frappée, j’ai été violée, et en plus c’était ma première fois"

    Valentine a 28 ans. À l’âge de 16 ans, elle a été violée au cours d’une soirée. C’était son premier rapport sexuel. Avec beaucoup de courage, elle revient sur cet épisode traumatisant, qu’elle a volontairement caché à tout le monde. La jeune femme nous raconte comment le fait d’avoir "tu" ce viol a eu des répercussions considérables sur sa vie sexuelle.

  • Journée mondiale de l’hygiène menstruelle : "20% des femmes ont déjà été confrontées à la précarité menstruelle"

    À l'occasion de la Journée mondiale de l'hygiène menstruelle, l'association Règles élémentaires, en collaboration avec l'institut de sondage Opinion Way, réalise le premier baromètre sur les Français.es et la précarité menstruelle, un fléau qui concerne au moins 20% des Françaises une fois dans leur vie. Tara Heuzé est la fondatrice de l'association Règles élémentaires, une association visant à libérer la parole sur le tabou des règles et à récolter des dons pour les femmes en position de précarité. En cette Journée mondiale, elle prend la parole pour alerter l'opinion publique sur un problème insidieux qui nous concerne tous. 76% des Français considèrent d'ailleurs la précarité menstruelle comme un vrai sujet de santé publique.  Interview : Carmen Barba 

  • Le témoignage terrible de Linda, ancienne prostituée

    Linda a été forcée de se prostituer pendant 50 ans. Dans "L'Ange de Pigalle", elle raconte ce destin brisé, fruit d'une mauvaise rencontre. 

  • Façon Sexe - Lucile Bellan ("Masturbation") : "Les femmes qui se masturbent, c’est considéré comme tellement "sale" qu’on n'en parle jamais"

    Lucile Bellan est journaliste et autrice. Elle vient de sortir "Masturbation" (éd.Leduc), un manuel qui traite donc de masturbation et qui donne des outils pour mieux se faire plaisir en solitaire ou en duo. Même si la parole au sujet de la sexualité féminine, la masturbation des femmes restent une pratique taboue voire considérée comme "sale". A tort ! Car, comme l'explique l'autrice du manuel, la masturbation permet aux femmes de mieux se positionner dans les rapports avec les personnes du sexe opposé. Se faire plaisir, c'est se donner de la force. Interview : Carmen Barba

  • Linda : "Pendant 50 ans, on m’a forcée à me prostituer"

    Elle n’avait que 19 ans lorsqu’elle a été arrachée de l’insouciance de ses Ardennes pour le calvaire des rues Parisiennes. Linda, ancienne prostituée, raconte sa vie ponctuée de violences physiques, de viols et d’avortement dans un livre "Linda, l’ange de Pigalle". Lorsqu'elle quitte sa campagne avec son mari-bourreau, Linda est enceinte de son premier enfant. En arrivant dans les rues de la Capitale, la jeune femme de l'époque est avortée froidement dans sa chambre d'hôtel. Un épisode terrible qui continue de la hanter. Si elle accepte aujourd'hui de revenir sur sa destinée cruelle, c'est avant tout pour sa fille, à qui elle a toujours caché son métier, et pour abattre les idées reçues autour de la prositution. Linda a livré son témoignage à Jean Arcelin, qui a écrit le livre "L'Ange de Pigalle".

  • Sandrine Graneau, quadri-amputée à la suite d’un choc toxique prévient : "Les symptômes sont les mêmes que pour des maladies absolument pas graves"

    Sandrine Graneau a 36 ans et 3 enfants lorsque le 10 avril 2019, sa vie bascule. Elle est victime du syndrome du choc toxique menstruel après l’utilisation d’une cup. Après avoir frôlé la mort, Sandrine Graneau a été amputée de ses jambes et de ses doigts. Aujourd’hui, la jeune femme tient à alerter l’opinion publique et surtout les jeunes femmes sur les symptômes du syndrome du choc toxique menstruel. Elle est co-auteure du livre : "Choc Toxique. Faut-il avoir peur des protections hygiéniques ?" (ed.Flammarion), un bouquin qui retrace son épreuve et qui alerte sur ce danger, rare, mais qui peut se révéler fatal.

  • Déclic - Aurélie Marchi : "J'ai eu le déclic quand je me suis rasé la tête"

    Aurélie Marchi avait un désir : se raser la tête. Une envie qui peut paraître sans conséquence mais qui devient politique dans nos société où la féminité est souvent résumée à des éléments esthétiques. Avec franchise, l'autrice de "La vénus se rebelle" (éd. Leduc) raconte comment ce geste l'a délivrée de certaines injonctions tout en lui assignant des prétendues sexualités et autres affinités sexuelles. Interview : Lucile Bellan

  • Sandrine Graneau, quadri-amputée après un choc toxique : "Vous avez 36 ans et là on vous dit : "On coupe tout""

    Sandrine Graneau a alors 36 ans et 3 enfants lorsque le 10 avril 2019, sa vie bascule complètement. Elle est victime du syndrome du choc toxique menstruel après l’utilisation d’une cup. L’ancienne infirmière est transportée d’urgence à l’hôpital et placée en réanimation. Elle s’en sortira avec l’amputation de ses jambes et de ses doigts. Une épreuve terrible qu’elle raconte dans un livre "Choc Toxique. Faut-il avoir peur des protections hygiéniques ?" publié chez Flammarion et cosigné avec la journaliste Claudine Colozzi. En 2020, cette infection rare a concerné la vie de 20 femmes en France. Des chiffres qui sont peut-être sous-estimés car dans l’Hexagone, les médecins ne sont pas tenus de notifier les cas de choc toxique. Avec force et courage, Sandrine Graneau évoque son histoire douloureuse dans le but d'alerter les femmes sur ce danger et de mieux se renseigner sur les compositions de leurs protections hygiéniques intravaginales.

  • EN IMAGES - Couples mythiques : Marie-Anne Chazel et Christian Clavier, une histoire splendide

    Durant 30 ans, les deux comédiens se sont donné la réplique sur, et en dehors des plateaux. Retour sur la passion qui les a unis des bancs du lycée aux rivages de la cinquantaine.

  • Aurélia Schneider : "En France, les femmes, ce sont 3h26 de tâches domestiques par jour, contre 2h chez les hommes"

    Médecin, psychiatre et auteure de "La charge mentale des femmes et celle des hommes", Aurélia Schneider aborde un sujet de société majeur : la charge mentale. Et si elle concède une évolution positive ces dernières années, elle rappelle que les femmes sont généralement plus en charge, dans nos sociétés, des tâches domestiques. Elle appelle également à la plus grande vigilance à l’apparition de "signes de vulnérabilité", des signes insidieux dont les conséquences peuvent s’avérer dramatiques.

  • Premier Acte - Simon : "Prendre le risque d’être vus, ça rajoute une forme d’excitation"

    Simon a 32 ans. Lorsqu’il était plus jeune, il a expérimenté la randonnée nu. Une façon pour lui de se libérer de ses complexes. Par la suite, il a eu envie de faire l’amour en pleine nature. Une envie qui trotte dans la tête de nombreux Français. D'après une récente étude de la marque Amorelie, le sexe dans un lieu public reste l'un des fantasmes les plus cités par les Français, après le "plan à trois". Simon revient sur sa première fois. "Premier Acte" est une série de vidéos dans lesquelles un inconnu revient, avec ses mots et sa sensibilité, sur une première expérience sexuelle. Ces vidéos peuvent ne pas être adaptées à tous publics et certaines peuvent risquer de heurter la sensibilité des plus jeunes. Si vous aussi vous souhaiter nous parler d'une de vos premières expériences sexuelles ou érotiques, envoyez un mail à l'adresse suivante : carmenb@verizonmedia.com. Interview : Carmen Barba

  • Chloé Chaudet ("J'ai décidé de ne pas être mère") : "C’est possible de regretter d’être mère"

    Dans un manifeste intitulé "J’ai décidé de ne pas être mère", Chloé Chaudet, autrice et maîtresse de conférences revient sur son non-désir de maternité. La jeune femme de 36 ans dénonce une société qui occulte volontairement l’absence de volonté de certaines femmes de ne pas devenir mère. Chloé Chaudet évoque également un autre tabou : le regret d’être mère. Elle parle de ces femmes qui, malgré tout l’amour qu’elles éprouvent pour leurs enfants, regrettent ce statut de mère.

  • 5 astuces pour bien dormir

    Comme une personne sur trois vous avez du mal à trouver le sommeil ? Voici 5 astuces validées par Morphée.

  • Iris Brey vulgarise le "male gaze" : "Dans Game of Thrones, les scènes de viol sont érotisées"

    La journaliste Iris Brey, autrice de "Le regard féminin" et "Sexe and the series" a vulgarisé le concept du "male gaze", très présent dans notre culture pop. Le male gaze revient sur la façon dont le cinéma a presque toujours montré la femme comme un "objet". Dans un nouvel essai intitulé "Sous nos yeux" (aux éditions La Ville Brule), Iris Brey, accompagnée de l'illustratrice Mirion Malle, expliquent aux adolescents comment ce concept machiste a envahi nos écrans. La journaliste décrypte le phénomène "Game of Thrones". Dans la série la plus regardée de tous les temps, les viols sont monnaie courante. Le problème, c’est que les scènes de viol sont érotisées pire, banalisées. Iris Brey est formelle : cette culture du viol est dangereuse. Pour déconstruire le "male gaze", Iris Brey invite à favoriser un "female gaze". Interview.

  • Chloé Chaudet ("J'ai décidé de ne pas être mère") : "Il faut déconstruire le préjugé tenace d'une seule destinée féminine"

    Dans un manifeste intitulé "J’ai décidé de ne pas être mère", Chloé Chaudet revient sur son non-désir de maternité et sur la façon dont notre société refuse d’aborder ce phénomène. En France, environ 4,5 % des femmes de 18 à 79 ans ne souhaitent pas ou n’ont jamais souhaité devenir mères d'après les derniers chiffres de l'INED datant de 2016. Parmi les 4 millions de femmes n’ayant pas d’enfant, plus d’un million a opté pour le non-désir de maternité. Un chiffre conséquent qui prouve que cette réalité reste occultée par notre société. Chloé Chaudet, autrice du manifeste et maîtresse de conférences en littérature comparée, explique que le non-désir de maternité doit figurer dans les débats publics est invite les féministes à défendre les intérêts de leurs congénères.

  • Déclic - Laura : "Je trouvais que les poils de ma petite amie étaient beaux"

    Comme de nombreuses femmes au cours de cette année, Laura a arrêté de s’épiler. La jeune femme a décidé de ne plus mener la guerre à ses poils pour des raisons esthétiques et politiques. Elle a même incité sa petite amie à zapper cette étape de son intimité et l'a rassurée en lui avouant qu'elle trouve ses poils très beaux. Laura revient sur ce déclic. Interview : Lucile Bellan

  • Premier acte - Bethsabée : "Deux semaines après mon accouchement, j’ai couché avec mon compagnon. C’était trop tôt"

    C’est une étape pour beaucoup de femmes : le sexe après l’accouchement. Entre la peur, les complexes et le désir, de nombreux couples cherchent, à tâtons, à redéfinir leur sexualité. Bethsabée est maman de deux enfants. Elle a accepté de revenir sur sa première grossesse et notamment son premier rapport sexuel après l’accouchement. "On l’a fait 2 semaines après. On avait très envie de se retrouver. Mais, c’était trop tôt" concède-t-elle. La jeune maman avoue que sexuellement parlant, ses deux accouchements ont eu des effets inattendus et plaisants sur sa sexualité. "Premier Acte" est une série de vidéos dans lesquelles un inconnu revient, avec ses mots et sa sensibilité, sur une première expérience sexuelle. Ces vidéos peuvent ne pas être adaptées à tous publics et certaines peuvent risquer de heurter la sensibilité des plus jeunes. Si vous aussi vous souhaiter nous parler d'une de vos premières expériences sexuelles ou érotiques, envoyez un mail à l'adresse suivante : carmenb@verizonmedia.com. Interview : Carmen Barba

  • Enora Malagré parle de son endométriose : "Le plus gênant dans cette maladie, c'est qu'on a l'impression de sentir le sang"

    En France, 1 femme sur 10 est victime d'endométriose, une maladie chronique et douloureuse liée aux règles. Actuellement, il n’existe aucun remède pour lutter. contre cette pathologie handicapante et marginalisante. Enora Malagré est l’une des porte-parole les plus connues. L’animatrice a, à plusieurs reprises, évoqué son combat contre l’endométriose. Il y a quelques mois, elle a subi une ablation de l’utérus pour atténuer les effets et les douleurs de la maladie. Elle a sorti le livre "Un cri du ventre" (éd.Broché) pour mettre des mots sur ses maux et faire connaitre au grand public les effets lourds et handicapants de l’endométriose. Enora Malagré invite les personnes le désirant à verser quelques dons pour faire avancer la recherche en France et trouver enfin un remède pour offrir un quotidien meilleur aux malades. Interview : Elsa Wolinski 

  • Façon Sexe - Cybèle Lespérance nous raconte son quotidien d'accompagnante sexuelle : "C'est ce que je trouve le plus difficile dans mon métier"

    Cybèle Lespérance est accompagnante sexuelle. Avec l’aide de d’autres travailleurs du sexe, elle milite pour que l’accompagnement sexuel soit ouvert à tout le monde et pas qu’aux personnes victimes de handicap. Cybèle Lespérance est notamment présente dans le film "Vivante" d’Anoushka, premier film porno sur l’accompagnement sexuel. Elle a joué le rôle de conseillère pour les besoins du scénario. En France, l'accompagnement sexuel est interdit par la loi. "Façon Sexe" est une série de vidéos dont l’objet est d’expliquer, d’évoquer et de discuter de sexualité. Ces vidéos peuvent ne pas être adaptées à tous publics. Interview : Carmen Barba

  • Déclic - Émilie : "J'ai été victime d'un pédocriminel et c'est la thérapie par l'hypnose qui a fait ressurgir ça"

    Émilie Fruaut souffrait de nombreux problèmes respiratoires. Elle décide d'aller consulter un médecin généraliste pour soigner ses maux. Après une batterie de tests, ce dernier n'arrive pas à trouver la source de ses problèmes. Elle est réorientée vers une médecin psychiatre qui la soumet à une thérapie par hypnose. C'est à ce moment-là que le traumatisme ressurgit : enfant, elle a été victime d'un pédocriminel. Epaulée par ce médecin, Emilie Fraut explique comment elle a réussi à convertir son traumatisme en "mauvais souvenir". Elle raconte son histoire dans le livre "De l’intérieur, expériences hypnotiques" disponible aux éditions du Lys Bleu Un témoignage recueilli par Lucile Bellan.

  • Pourquoi de plus en plus de Français croient en l'astrologie ?

    D'après un sondage mené par l'IFOP dont les résultats ont été publiés en décembre 2020, 41% des Français croient en l'astrologie. Un phénomène en constante augmentation depuis 20 ans. Shana Lyès astrologue et auteure de Astrolove" (éd. HarperCollins) nous livre quelques éléments d'explication de cet engouement des Français pour les astres.