Vidéos

  • "C’est la pratique sexuelle qui a changé le cours de l’histoire"

    Didier Dillen est l’auteur de "La fabuleuse histoire de la levrette" (éd. La Musardine). Pendant des siècles, la pratique de la levrette a fait l’objet de nombreux interdits pour finalement devenir la pratique sexuelle préférée des Français. Dans son livre, le journaliste révèle comment la levrette a permis à Henry II et Catherine de’ Medici de donner une descendance à la couronne française.

  • Droit à l’avortement menacé aux Etats-Unis : "C’est un danger pour les femmes les plus pauvres et les jeunes"

    L’information a provoqué la stupeur : la Cour suprême des Etats-Unis s'apprête à annuler l'arrêt Roe v. Wade de 1973 dans lequel elle a reconnu le droit à l'avortement dans tout le pays. C’est ce qu’affirme le magazine américain "Politico" après une fuite inédite d’un brouillon du projet de décision. La Cour a reconnu l’authenticité du document et ordonne une "enquête" sur les origines de la fuite précise l’AFP. Concrètement, si la Cour décide d’annuler l'arrêt Roe v. Wade, chaque Etat pourra dorénavant décider de pratiquer ou non l’IVG sur son territoire. Cette décision pourrait mettre en péril le droit de nombreuses femmes à disposer de leurs corps. Et les plus concernées seront les femmes en situation de précarité et les adolscentes qui ne pourront pas se déplacer dans un état autorisant la pratique de l'IVG. Amy Greene, politologue et enseignante à Sciences Po, analyse la situation pour Yahoo. Interview : Carmen Barba

  • Droit à l'avortement menacé aux États-Unis : "Un séisme se prépare dans la politique américaine"

    L’information a provoqué la stupeur : la Cour suprême des Etats-Unis s'apprête à annuler l'arrêt Roe v. Wade de 1973 dans lequel elle a reconnu le droit à l'avortement dans tout le pays. C’est ce qu’affirme le magazine politique "Politico" après une fuite inédite d’un brouillon du projet de décision. La Cour a reconnu l’authenticité du document et ordonne une "enquête" sur les origines de la fuite, précise l’AFP. Concrètement, si la Cour décide d’annuler l'arrêt Roe v. Wade, chaque état pourra dorénavant décider de pratiquer ou non l’IVG sur son territoire. Cette décision pourrait mettre en péril le droit de nombreuses femmes à disposer de leurs corps. Amy Greene, politologue et enseignante à Sciences Po, analyse la situation pour Yahoo. Interview : Carmen Barba

  • Rachel-Flore Pardo : "Un délit de non-partage des tâches ménagères ? Ça posera des difficultés de preuves"

    Il y a quelques temps, Sandrine Rousseau a proposé la mise en place d'un délit de non-partage des tâches ménagères au sein du couple. Pour Yahoo, Rachel-Flore Pardo, avocate spécialisée dans la défense des droits des femmes et co-fondatrice de l'association Stop Fisha, s'interroge sur la faisabilité de ce projet.  Interview : Carmen Barba

  • Rachel-Flore Pardo : "L’auteur d’une diffusion non-consentie de contenu à caractère sexuel risque jusqu’à 5 ans de prison et 60 000 euros d’amende"

    Rachel-Flore Pardo est avocate au barreau de Paris, spécialisée dans la défense des droits des femmes. Elle est également la co-fondatrice de Stop Fisha, une association féministe luttant contre le cybersexisme et les cyberviolences sexistes et sexuelles. Pour Yahoo, elle explique les peines qu’encourent les auteurs coupables d’une diffusion non-consentie de contenu à caractère sexuel mais aussi l’importance de ne jamais relayer ce type de contenus. Interview : Carmen Barba

  • Rachel-Flore Pardo : "Les conséquences de ces violences peuvent être dramatiques et conduire à des dépressions très graves"

    Rachel-Flore Pardo est une avocate au barreau de Paris, spécialisée dans la défense des droits des femmes. Elle est également la co-fondatrice de Stop Fisha, une association féministe luttant contre le cybersexisme et les cyberviolences sexistes et sexuelles. Pour Yahoo, elle explique les conséquences que peuvent avoir ces violences virtuelles sur les victimes. Interview : Carmen Barba

  • "C’est une des pires douleurs que l’on puisse ressentir" : les symptômes de la "maladie du suicide"

    Après des années d'errance médicale et de douleurs insoutenables, Diane Wattrelos, une jeune maman trentenaire, a réussi à poser un diagnostic sur la maladie qui la ronge depuis depuis plus de 15 ans. Elle est atteinte de l’algie vasculaire de la face, une pathologie appelée également "maladie du suicide". Pour Yahoo, elle liste les différents symptômes d'une maladie incurable à l'origine de douleurs terribles.  Dans un livre intitulé "Mes maux en couleurs" (ed. Broché), Diane Wattrelos revient sur son expérience et les nombreuses opérations qu'elle a subies pour soulager, en vain, ses maux.

  • Diane Wattrelos atteinte de la "maladie du suicide" : "C'est une maladie atroce. À 26 ans, j’ai dû faire mon testament "

    Diane Wattrelos n’a que 24 ans lorsqu’on lui diagnostique une algie vasculaire de la face. Malgré son jeune âge, cela fait 10 ans qu’elle souffre de cette maladie "atroce" que l’on surnomme "la maladie du suicide". Et ce, pour une raison simple : les douleurs que provoquent cette pathologie peuvent être si intenses et récurrentes que les malades qui en sont atteints mettent fin à leurs jours. Dans un livre intitulé "Mes maux en couleurs" (ed. Broché), Diane Wattrelos revient sur son expérience et les nombreuses opérations qu'elle a subies pour soulager, en vain, ses maux. Interview : Carmen Barba

  • Agathe Lecaron : "J’ai vécu une fausse couche au bout d’un mois"

    Tous les jours sur le plateau de France 2, dans son magazine "La maison des Maternelles", Agathe Lecaron et sa bande d'experts décryptent les évolutions dans le domaine de la maternité. En recevant Marlène Schiappa, l’émission avait d’ailleurs contribué à briser un peu plus les tabous autour des fausses couches, qui a déjà concerné une femme sur dix dans le monde.  Agathe Lecaron sait de quoi elle parle. "J’ai vécu une fausse couche au bout d’un mois" nous a-t-elle confié. Interview : Carmen Barba

  • Agathe Lecaron : "Quand j’ai eu mon bébé, je l’ai regardé et je me suis dit ‘À qui est ce bébé ?’"

    Tous les jours sur le plateau de France 2, dans son magazine "La maison des Maternelles", Agathe Lecaron et sa bande d'experts décryptent les évolutions dans le domaine de la maternité. Au micro de Yahoo, l’animatrice tient à démystifier un poncif : l’instinct maternel. Agathe Lecaron a traversé une période difficile après la naissance de son fils. "Quand j’ai eu mon bébé, je l’ai regardé et je me suis dit ‘À qui est-ce bébé ?’. Je ne m’attendais tellement pas à ce bébé-là, il était loin du bébé fantasmé" confie-t-elle. Toujours dans un but de sensibiliser et déconstruire les idées reçues sur la maternité, Agathe Lecaron explique comment le lien avec son enfant a mis "plus de temps" qu’elle ne l’espérait à se construire. Interview : Carmen Barba

  • Agathe Lecaron : "Si on rendait obligatoire le congé paternité dans les entreprises, les femmes n’auraient plus peur de tomber enceintes"

    Tous les jours sur le plateau de France 2, dans son magazine "La maison des Maternelles", Agathe Lecaron et sa bande d'experts décryptent les évolutions dans le domaine de la maternité. Au micro de Yahoo, l'animatrice plaide pour l'importante mise en oeuvre d'un congé paternité plus long.  Comme beaucoup d’autres femmes, Agathe Lecaron a craint que l’envie de fonder une famille soit un frein à sa carrière professionnelle. Selon elle, les entreprises ont leur part de responsabilité. Pour que les femmes n’aient plus à culpabiliser à l’idée de devenir mère. Pour que la maternité ne représente plus un obstacle à la réussite professionnelle : "Si on rendait obligatoire le congé paternité dans les entreprises, les femmes n’auraient plus peur de tomber enceintes" estime-t-elle. Interview : Carmen Barba

  • Line Papin : "D’où vient cette culpabilité que ressentent certaines femmes lors d’un avortement ?"

    Dans "Une vie possible" (éd. Stock), son cinquième roman, Line Papin revient sur l’avortement qu’elle a connu un an après sa fausse couche. Elle questionne le sentiment de culpabilité qui l’a traversé. Interview : Carmen Barba

  • Line Papin au sujet de l’avortement : "Je voulais mais je ne le pouvais pas. Je ne pouvais pas faire grandir cet enfant"

    Dans "Une vie possible" (éd. Stock), son cinquième roman, Line Papin revient sur l’avortement qu’elle a connu un an après sa fausse couche. Interview : Carmen Barba

  • Line Papin : "Après la fausse couche, il y a un silence… Comme si on décrédibilisait ce qu’il s’est passé"

    Dans son dernier roman "Une vie possible" (éd. Stock) inspiré de sa vie, l’écrivaine Line Papin décrit le drame que ressentent certaines femmes après avoir vécu une fausse couche. A 24 ans, Line Papin tombe enceinte de jumeaux. Une grossesse qui n’ira pas à terme. Avec beaucoup de justesse, elle explique cette bascule violente du "corps glorifié de la femme enceinte à celui malade à qui l’on donne des médicaments." Son récit dénonce le silence qui entoure les fausses couches vécues avec "une violence et des sentiments différents selon les femmes et selon les circonstances." Interview : Carmen Barba

  • Ariane Séguillon : "Quand on est boulimique, il n’y a pas de plaisir à manger. Il y a une nécessite à se remplir"

    Dans un ouvrage violent mais nécessaire, l’actrice Ariane Séguillon raconte son combat contre la boulimie. Dans son livre "La grosse" (ed. Flammarion), elle retrace tous les épisodes de sa vie qui l’ont conduite à se tuer à petit feu. Aujourd’hui guérie, elle témoigne contre les idées reçues sur la boulimie et les enseignements insidieux qui en découlent.

  • Ariane Séguillon : "Tout le monde me parle de ça mais c’est pas la sleeve qui m’a guérie"

    Dans "La grosse" (éd. Flammarion), un ouvrage violent mais nécessaire, l’actrice Ariane Séguillon raconte son combat contre la boulimie. L’actrice phare de Demain nous appartient a perdu 45 kilos. Dans son livre, elle insiste sur un point : ce n’est pas la chirurgie qui guérit.

  • Ariane Séguillon : "Pendant 48 heures, je n’ai pas arrêté de manger. C’est ma pire crise de boulimie"

    Dans un ouvrage violent mais nécessaire, l’actrice Ariane Séguillon raconte son combat contre la boulimie. Dans "La grosse" (éd. Flammarion), elle retrace tous les épisodes de sa vie qui l’ont conduite à se tuer à petit feu. Aujourd’hui guérie, elle témoigne contre les idées reçues sur la boulimie. Elle revient également sur l’une des pires crises de la maladie.

  • Ariane Séguillon : "On peut arrêter de prendre de la cocaïne. Mais on ne peut pas s’arrêter de manger sinon on meurt"

    Dans "La grosse" (éd. Flammarion), un ouvrage violent mais nécessaire, l’actrice Ariane Séguillon raconte son combat contre la boulimie. Elle compare la nourriture à la pire des drogues et nous explique pourquoi.

  • Éliette Abecassis : "Ce qui est en train de se passer est un enjeu essentiel de notre société"

    "Si on rationalise la relation amoureuse, si on la laisse être le jeu de l’algorithme, on va perdre notre humanité.". Dans "De l’âme soeur à Tinder" (éd. Larousse), Éliette Abéceassis interroge le rapport de la nouvelle génération à la relation sentimentale et invite à réenchanter l’amour, un comportement qu’elle juge essentiel à la survie de l’humanité. "Parce que l’amour touche à l’essence-même de l’homme.". Pour elle, la seule façon de déjouer le "piège de la rationalisation des sentiments" passe par la technologie et plus particulièrement par le texto amoureux. Interview : Carmen Barba

  • Eliette Abecassis : "Les ados ne veulent plus de relation passionnelle parce qu'il disent que ça fait souffrir"

    C'est en regardant le film "La La Land" que la philosophe Éliette Abecassis tire un constat : les comédies romantiques ne font plus rêver. Pour preuve : elles n'existent presque plus. Est-ce symptomatique de notre époque ? Assurément. D’après la philosophe, on ne croit plus au mythe de l’androgyne, le mythe de l’âme soeur, et nous sommes dans l’ère de l’accomplissement personnel : Aime-toi d’abord avant d’aimer l’autre. Pourtant, elle alerte sur un point : si on rationnalise la relation amoureuse, on risque de perdre notre humanité.  Interview : Carmen Barba

  • Amina Fruhauf (Être mère – Taha, Bilal et moi) : "Personne n’avait le droit de dire à Bilal que ce n’était pas normal et qu’il n’était pas normal"

    On pourrait dire "c’est la maman de". En réalité, Amina Frühauf est la maman qui a permis que… Cette Marocaine, mère de Taha et Bilal Hassani, a passé sa vie à combattre l’obscurantisme et à défendre la liberté. Dans son récit autobiographique, Être mère – Taha, Bilal et moi (éd.Michel Lafon), Amina Frühauf revient sur tous le aléas qui ont jalonné sa vie de femme et de mère. Ce livre témoigne également de son profond engagement féministe. Des valeurs qu’elle a transmises à ses deux fils, Taha et Bilal. Interview : Carmen Barba

  • Johanna Luyssen aux détracteurs de la "PMA pour toutes" : "Qu’est-ce qui vous angoisse là-dedans ?"

    À 35 ans, Johanna Luyssen a décidé de devenir maman et de faire un enfant seule. Son livre "Si je veux" (éd. Grassset) est un véritable plaidoyer pour la PMA pour toutes et tous. Et elle a un message à faire passer aux détracteurs de la PMA pour toutes. Interview : Carmen Barba

  • Johanna Luyssen (Si je veux) : "Pour une fois dans ma vie je ne vais pas dépendre du bon vouloir d’un homme"

    À 35 ans, Johanna Luyssen a décidé de devenir maman et de faire un enfant seule. "Pourquoi je devrais corréler ce désir d’enfant à l’idée d’être en couple ?" s'interroge-t-elle dans son livre "Si je veux" (éd. Grasset). Cette décision est née à la suite d’intenses réflexions qui ont duré "au bas mot une année". Elle nous explique la genèse de cette décision. Interview : Carmen Barba

  • Johanna Luyssen (Si je veux) : "Je n’attends pas d’un homme qu’il me fasse ma famille"

    À 35 ans, Johanna Luyssen a décidé de devenir maman. La journaliste a écrit "Si je veux" (éd.Grasset), un ouvrage plus que nécessaire dans lequel elle raconte son parcours de femme célibataire désireuse de devenir mère. Ce livre retrace son expérience et son long travail de déconstruction des représentations de la famille et du couple. Johanna Luyssen a fait un bébé toute seule. Pas sans homme, non. Toute seule. Interview : Carmen Barba

  • "Pour continuer de travailler, j’ai arrêté de manger" : Juliette Mercier se confie sur sa vie avec la maladie de Crohn

    Dans son livre "Ma Crohn de vie", Juliette Mercier brise les tabous autour de la maladie de Crohn qui lui a été diagnostiquée lorsqu’elle n’avait que 15 ans, suite à d'intenses douleurs au ventre. Il lui a alors fallu déployer des trésors d’énergie et de résilience pour tenter de mener une "vie normale", en composant avec les allers-retours à l’hôpital et les douleurs. En 2017, son pronostic vital a même été engagé. Un bout d'intestin lui est enlevé. Depuis, c'est avec humour et persévérance qu'elle continue le combat. Pour Yahoo, Juliette Mercier est revenue sur son parcours et son quotidien avec cette poche qu’elle a du s’approprier. Interview : Carmen Barba

  • Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "L’absence d’un suivi gynécologique chez de nombreuses femmes est un drame"

    Dans Carnet de Santé, le docteur Christian Recchia répond, pour Yahoo, à toutes les questions que vous vous posez et vous livre conseils pratiques et petites astuces pour mieux vivre au quotidien. Dans cet épisode, il dresse un constat alarmant : plus du tiers des femmes entre 18 et 24 ans n’ont jamais bénéficié d’un examen gynécologique. Cette vidéo ainsi que les conseils prodigués par le Dr. Christian Recchia ne sauraient se substituer à un avis médical personnalisé. Pour toute question, consultez votre médecin. Retrouvez tous les conseils santé du Dr Christian Recchia sur Yahoo