François Hollande : la lourde décision qu’il a dû prendre le soir du 13 novembre

·1 min de lecture

Le procès des attentats djihadistes qui ont eu lieu le 13 novembre 2015 s'ouvre le mercredi 8 septembre 2021, avec 20 accusés à la barre de la cour d'assises spéciale de Paris. La France entière se replonge ainsi dans cette terrible soirée. Rappelez-vous, le vendredi 13 novembre, tout a commencé à 21h20 : les terroristes font exploser leurs ceintures d'explosifs aux abords du stade de France, entraînant un mort et une dizaine de blessés graves. Après d’autres attaques aux terrasses des 10e et 11e arrondissements, puis dans le Bataclan, il y aura 130 morts au total et plus de 350 blessés. L’ancien président de la république, François Hollande, était au cœur des événements ce soir-là. Présent au match amical France-Allemagne qui se déroulait au stade de France, il est immédiatement informé de la situation dès les premières explosions,. Il doit tout de suite prendre une décision difficile, alors que les spectateurs ne sont pas encore au courant de ce qu’il se passe : faire évacuer le stade, ou pas ? D’autant que l’un de ses enfants s’y trouvait. "Il ne fallait surtout pas créer de panique…" commence l’ancien chef de l’état, sur le plateau de Anne-Sophie Lapix, au 20H de France 2, mardi 7 septembre 2021.

"Imaginez que je me lève et que je sorte du stade avec la moitié de la tribune officielle, les spectateurs qui avaient déjà entendu une première détonation, voire une seconde, auraient essayé de fuir !" estime l’homme politique. Il a donc dû trouver une autre solution : "Dès lors que (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles