VIDEO - Une journaliste de LCI attaquée en direct par… un rat !

Le mardi 17 mars 2020, Emmanuel Macron a décrété un confinement national : les Français ne doivent plus sortir de chez eux, sauf pour raison exceptionnelle justifiée par une attestation à télécharger et à remplir à chaque nouveau déplacement. Et bien évidemment, la télévision doit s’adapter ! Alors que les tournages de plusieurs séries ont été arrêtés, à l’instar de Demain nous appartient, Un si grand soleil ou encore Plus belle la vie. Pour les chaînes d’information, en revanche, doivent se montrer davantage inventives. Les sujets autour du coronavirus tournent en boucle, et notamment les images des rues désertées depuis le début du confinement. C’est le cas de LCI, qui envoie régulièrement des journalistes sur le terrain. Vendredi 20 mars, peu avant 8 heures, Charline Hurel s’apprêtait à intervenir dans La Matinale de Pascale de La Tour du Pin.

Une séquence digne d’un bêtisier

Alors qu’elle devait assurer un duplex en direct depuis les quais de Seine, à Paris, la jeune femme s’est laissée surprendre par un invité inattendu. “Pas un chat sur les quais de Seine ce matin mais... Des rats et une attaque quelques secondes avant le direct”, écrit Charline Hurel en légende de la vidéo, qu’elle a partagée sur son compte Twitter accompagnée du hashtag “bêtisier”. Après un cri de dégoût, suivi par les rires de la journaliste et de son équipe, elle s’explique : “Il est passé sur mes pieds, je suis désolée, je l’ai vu arriver !” La séquence hilarante, non diffusée à la télévision, a été visionnée près de 170.000 fois en l’espace de huit heures. “C’était une ou deux minutes avant le direct. J’allais intervenir pour parler des mesures de confinement qui ne sont pas toujours respectées, notamment hier avec ce beau soleil. Et cette question : les quais parisiens vont-ils être fermés par la préfecture ?”, a expliqué Charline Hurel à nos confrères de TV Magazine.

Et les internautes ont eu aussi su faire preuve d’humour dans les commentaires de la publication ! “Oh mon Dieu… je trouve

(...) Cliquez ici pour voir la suite