Vidéos

  • ActualitésYahoo Style - FR

    Iloha, atteinte de microphtalmie : “Petit à petit, j'essaie de dégager mon visage”

    Iloha, 25 ans, vit avec une prothèse à l'œil gauche. Atteinte de microphtalmie, une maladie rare, la jeune femme a grandi avec cette différence qu'elle a dû apprivoiser. Pour dissimuler son oeil, Iloha a adopté une coiffure avec une mèche sur le côté, qui tombe sur sa prothèse. Son armure, qu’elle tente petit à petit d’ôter : “Les gens remarquaient plus ma mèche que mon oeil.” Encouragée par ses proches et ses abonnés, la jeune femme sait que couper sa mèche et ainsi dévoiler un peu plus sa prot

  • ActualitésYahoo Style - FR

    Iloha, atteinte de microphtalmie : "Certains m'appelaient 'cyclope', personne ne voulait être en couple avec moi"

    Iloha, 25 ans, vit avec une prothèse à l'œil gauche. Atteinte de microphtalmie, une maladie rare, la jeune femme a grandi avec cette différence qu'elle a dû apprivoiser. Sa prothèse a parfois été difficile à assumer pour la jeune femme, en raison des remarques de ses camarades, au collège et au lycée. Surnommée “cyclope” par certains, les critiques ont beaucoup affecté Iloha, qui a mis du temps avant de prendre confiance en elle. En couple depuis bientôt quatre ans, elle avoue ne pas encore être

  • SantéYahoo Style - FR

    Iloha, atteinte de microphtalmie : "Si on avait écouté ce spécialiste, aujourd'hui je serais peut-être paralysée du visage"

    Iloha, 25 ans, vit avec une prothèse à l'œil gauche. Atteinte de microphtalmie, une maladie rare, la jeune femme a grandi avec cette différence qu'elle a dû apprivoiser. Sa mère a découvert sa microphtalmie à l’hôpital, le jour de sa naissance. La maladie s’était développée pendant la grossesse, passant sous les radars des médecins : "J'avais un kyste et quand ma mère a fait les échographies, ils ont pris mon kyste pour un globe oculaire, ils ne savaient pas du tout ce qu'il se passait, on a cru

  • LifestyleYahoo Style - FR

    Marine Gandon, sexothérapeute : "On m'a interrogée sur comment expliquer les érections matinales à un petit garçon"

    En théorie, selon l'article L312-16 du Code de l'éducation, "Une information et une éducation à la sexualité sont dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d'au moins trois séances annuelles et par groupes d'âge homogène." En pratique, la situation est bien différente : rares sont les établissements à se conformer à cette obligation légale. Partant de ce constat, Marine Gandon, sexothérapeute et vulgarisatrice scientifique, a décidé de mettre au point des ateliers à destina

  • ActualitésYahoo Style - FR

    Marine Gandon, sexothérapeute : "Certains parents pensent qu'on apprend à se masturber en cours d'éducation sexuelle"

    En théorie, selon l'article L312-16 du Code de l'éducation, "Une information et une éducation à la sexualité sont dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d'au moins trois séances annuelles et par groupes d'âge homogène." En pratique, la situation est bien différente : rares sont les établissements à se conformer à cette obligation légale, et quand c'est le cas, faute de formation adéquate, les enseignantes et enseignants ne sont pas toujours au fait des informations à com

  • DivertissementYahoo Style - FR

    Monia Chokri : "Je n'ai pas envie de me dire qu'il faut que le ciment de la relation, ça soit le sexe'"

    La réalisatrice québecquoise Monia Chokri est de retour avec un troisième long-métrage, "Simple comme Sylvain", présenté à Cannes dans la sélection Un Certain Regard. Ce troisième film est une comédie romantique tendre qui dépeint une passion amoureuse sans tomber dans le piège de la toxicité. Sophia, une quadragénaire professeure de philosophie tombe amoureuse du charpentier venu rénover le chalet qu’elle a acheté avec son compagnon Xavier. Le sexe est très présent dans l’histoire de ce couple

  • ActualitésYahoo Style - FR

    Monia Chokri : "On a été biberonnées à l'idée qu'il fallait aimer les hommes indisponibles"

    La réalisatrice québecquoise Monia Chokri est de retour avec un troisième long-métrage, « Simple comme Sylvain », une comédie romantique dans laquelle elle questionne le rapport amoureux et et ébranle les constructions toxiques de l’amour qui abondent dans les comédies romantiques classiques qui ont bercé de nombreuses générations de femmes. Parmi celles-ci : la fétichisation de l’homme émotionnelement indisponible.