La vie explosive d'Alfred Nobel, l'inventeur d'une arme de guerre qui célébra la paix

·1 min de lecture
© DSK / SCANPIX SWEDEN / AFP

Nous sommes le 3 septembre 1864 à Stockholm, sur un paisible rivage faisant face à l'île bucolique de Långholmen. Il fait beau, un délicat clapotis accompagne le chant des oiseaux quand, soudain, un bruit assourdissant déchire le calme des lieux. Un hangar de bois vient d'être soufflé par une explosion ! C'est, ou plutôt c'était, l'usine-laboratoire de la famille Nobel, bien connue dans les parages. Malheureusement, cinq personnes trouvent la mort. Parmi elles, Emil, 22 ans, frère cadet d'Alfred Nobel.

>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern tous les jours de 16h à 18h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Que s'est-il passé ? Emil et ses collègues étaient en train de mener des expériences sur la nitroglycérine, liquide explosif, qui produit des déflagrations extrêmement puissantes, mais qui demeure très instable et peut sauter au moindre mouvement ou changement de température. Le but était justement de maîtriser cette instabilité. Force est d'admettre que c'est raté. La famille Nobel est endeuillée par cette tragique perte, mais cela ne l'empêche pas de continuer ses recherches.

Alfred, vilain petit canard de la fratrie Nobel

Immanuel, le père, est un ingénieur et riche industriel qui a notamment inventé des mines explosives sous-marines. Il a fait fortune en pourvoyant l'armée de Russie, qui en a fait bon usage pendant la guerre de Crimée dans les années 1850. Guerre qui fut néanmoins perdue. La fortune s'étant amenuisée, Immanu...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles