La vie internationale de la révolutionnaire Rosa Luxemburg

·1 min de lecture

"Sur la pierre de mon tombeau, on ne lira que deux syllabes : 'tsvi-tsvi'. C'est le chant des mésanges charbonnières. Figurez-vous que dans ce 'tsvi-tsvi', il y a depuis quelques jours une minuscule note de poitrine, et savez-vous ce que cela signifie ? C'est le premier léger mouvement du printemps qui arrive. Malgré la neige, le froid et la solitude, nous croyons, les mésanges et moi, au printemps à venir."

>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern tous les jours de 16h à 18h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Cette femme qui transmet, depuis les murs de sa prison, son espoir en des lendemains qui chantent, c'est Rosa Luxemburg. En cet hiver 1917, il faut pourtant lutter pour rester optimiste. Depuis près de trois ans, l'Europe s'enlise dans une guerre dont l'horreur n'a pas de précédent. Rosa Luxemburg a 46 ans, et déjà un long passé militant qui l'a mené plusieurs fois derrière les barreaux.

Une élève brillante et rebelle

Rosa est née le 5 mars 1871, quelques jours à peine avant le déclenchement de la Commune de Paris, dont elle partage bien des idéaux. Elle grandit pourtant loin de Paris, à Zamosc, dans la partie polonaise de l'Empire russe. Rapidement, les parents de Rosa, des bourgeois Juifs assimilés et cultivés, déménagent à Varsovie. Une chance pour la jeune fille, qui peut intégrer là-bas, au début des années 1880, un lycée de haut niveau. Elle fait pourtant, à cette occasion, une cruelle première rencontre avec l'injus...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles