La vie en rouge : l'édito de ELLE

Dorothée Werner

Un bleu marine profond, teinté de gris : le « Classic Blue 19-4052 » sera, selon les prévisions du très influent coloriste Pantone, LA couleur de 2020. Dès demain, cette teinte devrait inonder la mode, la beauté, la déco, et, par extension, toute l'industrie. Passons sur le fait que cette couleur ait été raptée, en France, par le Rassemblement national, et gageons que les oracles de la colorimétrie sont plus doués en marketing qu'en politique... Selon eux, ce bleu chic et frisquet est plutôt censé « apporter un sentiment de paix et de sérénité à notre esprit, tel un refuge, idéal pour la méditation ». Sérieusement ? Pour l'historien des couleurs Michel Pastoureau, le bleu a surtout un aspect anesthésiant : « On peint en bleu les murs des hôpitaux, on en habille tous les médicaments de la famille des calmants, on l'utilise dans le Code de la route pour exprimer tout ce qui est autorisé [...]. »* Le bleu, le baume, le blues ?

Le bleu Pantone veut nous calmer ? C'est gentil. Les coachs et livres de développement personnel aussi. C'est devenu une obsession. « Soyez zen » est le mot d'ordre paradoxal de notre époque inflammable. Serions-nous devenus des enfants qu'il faudrait tranquilliser à tout prix ? Dans toutes les enquêtes, le bleu est la couleur préférée des adultes, de loin. Pourtant, quand on interroge les enfants, c'est le rouge qui arrive en tête, de très loin ! Quel enfant a déjà émis le vœu, rêvant à sa vie future, de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi