Une ville, une architecture : Miami et le style Art Déco

Mouvement artistique né en France au début du XXème siècle, l’Art Déco est surtout connu pour être l’un des symboles de Miami. La ville la plus célèbre de Floride est même la championne du monde du nombre d’édifices de ce style. Zoom sur un mouvement devenu un monument de la métropole américaine.Welcome to Miami. Trois mots qui reviennent comme un gimmick dans le tube de Will Smith, sobrement intitulé « Miami ». Une chanson qui a fait la renommée de la star américaine mais a aussi été une formidable publicité pour la ville la plus célèbre de Floride. Lorsque l’on songe à la métropole américaine, plusieurs images viennent en tête. Le soleil, la fête, l’esprit latin (Cuba n’est située qu’à quelques dizaines de kilomètres)… Sans oublier son architecture. Car si la ville ne dispose pas à proprement parler d’un bâtiment emblématique au même titre que la Tour Eiffel pour Paris ou la Sagrada Familia pour Barcelone, elle est néanmoins liée à ces bâtiments blancs et teintés de couleurs pastel connus dans le monde entier. Des immeubles aux influences européennes qui sont devenus de véritables illustrations du mouvement Art Déco.À l’origine, ce courant artistique est né loin de Miami. Plus précisément, en France, dans les années 1910 en lieu et place de l’Art Nouveau. Ce qui fait la spécificité de l’Art Déco ? L’ordre, la couleur et la géométrie. Trois fondamentaux qui vont devenir les composantes essentielles de plusieurs bâtiments parisiens tels que la Piscine Molitor, le Grand Rex ou encore le Palais de Chaillot. Le terme « Art Déco » va vraiment être utilisé à partir de 1925 à l’occasion de l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes, à Paris. Une année importante pour le mouvement qui va dès lors s’internationaliser. L’Art Déco ne se limite plus uniquement à la France et traverse l’Atlantique. À New York, plusieurs gratte-ciels sont construits sur ce modèle comme l’Empire State Building, le Chrysler Building ou le Rockefeller Center. Mais plus que dans la Grosse Pomme, c’est à Miami que l’Art Déco va s’implanter et changer la géographie de la ville.Réaménager un espace détruitL’histoire entre Miami et l’Art Déco aurait pu être différente si un ouragan n’avait pas dévasté une partie de la ville en 1926. Partiellement détruite, la ville la plus célèbre de Floride a besoin d’être reconstruite et d’avoir une nouvelle identité. À cette époque, l’Art Déco est à la mode et il est donc décidé que le courant artistique sera le visage de la ville. En quelques années, ce sont plusieurs centaines de bâtiments qui vont sortir de terre, notamment dans le quartier de South Beach. Les artères incontournables de cette partie de Miami (Ocean Drive, Washington Avenue, Collins Avenue) se retrouvent bordées d’immeubles où les formes géométriques et les teintes pastel s’imposent en majesté.Avec cette nouvelle architecture, Miami devient une destination touristique prisée aussi bien par les Américains que les étrangers. Dans une grande majorité des cas, les immeubles Art Déco servent d’écrin à des restaurants et des hôtels. Parmi les plus célèbres d’entre eux, on retrouve le Carlyle, le Leslie ou le Park Central Hotel. D’autres types de bâtiments vont être concernés par cette nouvelle architecture. Ce sera le cas de plusieurs cinémas (le Lincoln Theatre, le Tower Theater), de musées (Art Deco Museum, Jewish Museum of Florida) et même d’un centre scientifique (The Wolfsonian Florida-University).Lassitude et renaissanceSi aujourd’hui le style Art Déco semble indéboulonnable à Miami, cela n’a pas toujours été le cas. Après plusieurs décennies de triomphe, le courant architectural va décliner. À tel point que dans les années 1970, des projets de démolition d’infrastructures sont même envisagées. Une aberration pour plusieurs architectes de la ville ainsi que pour la journaliste new-yorkaise Barbara Capitman. En 1976, cette dernière, férue du style Art Déco, lance l’association Miami Design Preservation League. Le but ? Sauvegarder l’image de la capitale de la Floride, telle qu’elle l’est depuis les années 1920.Bien lui en a pris puisque trois ans plus tard, en 1979, le « Art Deco Historic District » (le quartier qui regroupe la plus grande concentration de bâtiments Art Déco de la ville) est inscrit au registre national des lieux historiques des Etats-Unis. Depuis, la métropole n’a rien perdu de sa superbe et a véritablement participé à la vulgarisation du mouvement. La Pop Culture a aussi joué un rôle fondamental grâce à la série culte « Deux flics à Miami ». Sans l’Art Déco, la ville ne serait plus vraiment ce qu’elle est. Un signe qui ne trompe pas ? Miami regroupe la plus forte concentration de bâtiments Art Déco au monde. Plus qu’un style architectural, un véritable emblème.Pour se donner une idée de l’Art Déco à Miami, focus sur dix bâtiments où couleurs et géométrie se côtoient subtilement.