Le vin résiste à la crise du Covid-19, mais le champagne boit la tasse

·1 min de lecture

Le marché mondial du vin a fait mieux que résister à la crise du Covid-19, l'an dernier, malgré la fermeture des restaurants, selon l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV). La consommation mondiale de vin a baissé de 3% en volume en 2020, un recul significatif mais moindre que redouté par les professionnels du secteur au regard de l'ampleur de la crise sanitaire, a annoncé mardi l'organisation, dont le siège est à Paris. Cette consommation est estimée à 234 millions d'hectolitres, soit 7 millions d'hectolitres de moins sur un an, comme lors de la crise financière de 2008-2009, relève l'OIV. C'est son plus bas niveau depuis 2002.

Toutefois, pour l'OIV, compte tenu des incertitudes de l'année 2020, "le secteur vitivinicole n'a pas du tout sous-performé par rapport aux autres produits de base". En octobre, l'OIV anticipait une chute des ventes mondiales de vin d'environ 10% pour 2020, année marquée par les confinements et les fermetures des cafés, hôtels et restaurants (CHR) mais aussi par les "taxes Trump" sur certains vins européens et les taxes chinoises accrues sur les vins australiens. "C'était une vision un peu trop négative", reconnaît Pau Roca, directeur général de l'OIV. "La hausse des ventes de vin en supermarché a assez bien compensé" la fermeture des CHR, dit-il à l'AFP.

>> A lire aussi - Rémy Cointreau s'offre un champagne artisanal avec un "formidable potentiel"

"Le Covid-19 a occasionné toutes sortes de transferts", relève-t-il. Déjà "entre les canaux (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La Libye stoppe ses exportations de pétrole depuis un grand terminal, “état de force majeure”
Espagne : le géant bancaire CaixaBank veut sabrer 1 emploi sur 5 !
SpaceX va envoyer 4 astronautes vers l’ISS avec Thomas Pesquet à bord
Les introductions en Bourse et les taux d’intérêt inquiètent : le conseil Bourse du jour
L’UE va infliger des taxes douanières punitives à Harley-Davidson