Viol, grossesse, santé mentale : Lady Gaga livre un témoignage glaçant sur ses traumatismes passés

·2 min de lecture

Violée à 19 ans, Lady Gaga s’est confiée sur les abus dont elle a été victime dans l’émission « The Me You Can’t See ». Agression sexuelle, grossesse non-désirée et pensées destructrices ont affecté sa santé mentale pendant de longues années.

Face à Oprah Winfrey et le prince Harry dans leur docu-série « The Me You Can’t See », Lady Gaga a fait de bouleversantes révélations sur son passé. L’émission centrée sur la santé mentale regroupe les témoignages de célébrités et d’anonymes et son premier épisode était diffusé le 21 mai sur Apple TV+. La chanteuse a révélé avoir été violée à 19 ans, par un producteur de musique dont elle préfère taire le nom. En position de force, il a abusé de son pouvoir pour l’agresser sexuellement. « J’avais 19 ans et je travaillais dans le show-business, et un producteur m’a dit : "Enlève tes vêtements." Et j’ai dit non. Je suis partie, et ils m’ont dit qu’ils allaient brûler toute ma musique », commence-t-elle. « Et ils ne se sont pas arrêtés. Ils n’ont pas arrêté de me demander, et je me suis juste figée et je… je ne me souviens même pas », poursuit la star.  

Lire aussi: Le prix du viol : le terrible parcours de l'indemnisation

« Pendant des années, je n’étais pas la même »

Les années n’ont pas apaisé la douleur de cet épisode. Pendant longtemps, l’artiste a subi des douleurs physiques comme conséquences de ce viol, qui a mené à une grossesse non-désirée. « J’ai d’abord ressenti une douleur intense, puis je suis devenue engourdie. J’ai été malade pendant des semaines et des semaines et des semaines et des semaines, et j’ai réalisé que c’était la même douleur que j’ai ressentie lorsque...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles