"Viole-les" : le coup de fil glaçant d'une femme de soldat russe

·1 min de lecture

"Tu vas là-bas, tu violes des femmes ukrainiennes, et tu ne me dis rien. Compris ?". Voilà ce qu'aurait prononcé une femme à l'adresse de son mari, un soldat russe, dans le cadre d'une conversation téléphonique. Une conversation téléphonique qui a été interceptée par les services de sécurité ukrainiens.

C'est ce qu'affirme une enquête de RadioFreeEurope/RadioLiberty relayée par la presse américaine, et notamment par le magazine Business Insider. Cet échange aurait eu lieu au début du mois d'avril dans la région de Kherson, autrement dit au sud de l'Ukraine. Pour Business Insider, cet appel est un véritable "feu vert pour commettre un crime de guerre".

Selon l'enquête toujours, le soldat incriminé a cependant nié "être la personne au téléphone".

Aucune accusation portée

De plus, selon l'enquête de RadioFree Europe (RFE), le soldat n'a finalement pas été accusé de viol et aucune accusation n'a été portée non plus contre le couple. Et ce malgré que "sa voix et celle de sa femme correspondaient à celles entendues dans les enregistrements audio", relate encore l'article.

Selon le média toujours, il n'est pas impossible que le couple ait simplement "plaisanté" durant l'appel qu'ils ont entretenu, mais ce dernier "survient au milieu d'une vague d'allégations dramatiques de femmes ukrainiennes". Effectivement, la guerre en Ukraine a déjà fait état de nombreux crimes de guerre, dénoncés par les organisations internationales. Dans ce contexte...

Lire la suite


À lire aussi

"All Is Fine With Me", le mouvement body positive réjouissant des femmes russes
Un quart des femmes et filles agressées par leur partenaire : le rapport glaçant de l'OMS
Des députées ukrainiennes accusent les soldats russes de violer des femmes vulnérables

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles