Violence entre bandes de jeunes : des mères tirent la sonnette d’alarme

PEXELS / Cottonbro

Des affrontements à l’issue parfois tragique. Le lundi 19 septembre 2022, Le Monde dédie un article aux épisodes de violences qui se multiplient en Seine-et-Marne, particulièrement dans la commune de Mée-sur-Seine et aux alentours, à proximité des gares qui desservent le RER D. Des rixtes souvent filmées et diffusées par les "vainqueurs". Dans l’une de ces vidéos, la scène d’une grande violence a beaucoup choqué. On peut y voir "une dizaine de jeunes en gare de Savigny-le-Temple sortir un adolescent du RER D, le traîner par terre sur le quai en le rouant de coups de pied au visage". Une scène qui a eu lieu en plein jour, vers 13h30, mercredi 7 septembre. Le soir même, un nouvel affrontement a eu lieu au même endroit entre les jeunes du coin et ceux du Mée-sur-Seine, et l’un des garçons a fini hospitalisé. À seulement 17 ans, il a été poignardé. Mais l’issue aurait pu être fatale : en janvier 2022, un jeune Méen n'a pas survécu après avoir été lui aussi poignardé, à Melun. Une violence extrême qui se multiplie et contre laquelle de nombreuses mères ont décidé de se mobiliser.

Le député de Seine-et-Marne, Olivier Faure, décrit la situation ainsi : "On est passé de ‘La Guerre des boutons’ à ‘Orange mécanique’". Les raisons de cette violence ? Tout est "assez obscur", puisque cela ne semble pas liés au trafic de stupéfiants, mais plutôt à "un mauvais héritage de quartiers qui subsiste", explique ainsi Cécile, 36 ans interviewée par nos confrères. "Les enfants ont gardé cet instinct (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite