Violences à la télé : une exposition à l’âge de 3 ans peut impacter jusqu’à l’adolescence

On le sait, les écrans, lorsqu’ils sont utilisés à l’excès et sans l’accompagnement des parents, nuisent à la santé des jeunes enfants. Hélas, chez les tout-petits, l'exposition à la violence de la télé pourrait même avoir des répercussions sur la santé à l'adolescence.

C’est du moins ce qui ressort d’une nouvelle étude, parue dans le Journal of Developmental and Behavioral Pediatrics (Source 1). Celle-ci laisse entendre que le fait d’avoir eu accès à de la violence via la télévision durant les années préscolaires, autrement dit vers l’âge de 3 ans, entraînerait des risques ultérieurs de troubles psychologiques et scolaires à l’adolescence.

L’équipe a interrogé les parents de 978 filles et 998 garçons québécois nés en 1997 ou 1998, au sujet de leur exposition à la violence à la télévision durant la petite enfance, précisément entre 3 ans et demi et 4 ans et demi. Les parents et les enseignants ont ensuite évalué la réussite psychosociale et scolaire des enfants à l’âge de 12 ans, ainsi que leur motivation et leur participation aux activités en classe. Les enfants ont par ailleurs eux-même été interrogés afin de décrire leur cheminement psychologique et scolaire à la fin de l’année de 6ème.

Par rapport à leurs pairs de même sexe qui n'ont pas été exposés à un contenu violent à l'écran, les garçons et les filles qui [y] ont été exposés [...] étaient plus susceptibles de connaître une augmentation ultérieure de la détresse émotionnelle”, a détaillé Linda Pagani, professeure...

Lire la suite