Violences conjugales : un homme interpellé après avoir appelé 3.000 fois son ex-compagne en 6 mois

Près de 3.000 appels entre la fin du mois d'août 2019 et le mois de janvier 2020… Soit environ une vingtaine par jour en moyenne. Mercredi 22 janvier 2020, un jeune homme de 34 ans a été arrêté à Rillieux-la-Pape, près de Lyon, pour harcèlement envers son ex-compagne. Pendant ces appels, il aurait proféré "plusieurs menaces de mort", comme le rapporte l’AFP vendredi 24 janvier. "Outre le harcèlement, il pouvait lui arriver de la suivre", apprend-on par ailleurs. "Le 1er janvier, il l'a également agressé, la blessant et lui occasionnant 10 jours d'interruption totale de travail (ITT)." Selon la police, le couple était séparé depuis 2016. Mais l’homme n’aurait "pas supporté qu'elle refasse sa vie." En garde à vue, ce dernier n'a reconnu que le harcèlement. "Il devait être présenté vendredi au parquet en vue de sa probable mise en examen", précisent nos confrères, et devra répondre de quatre chefs d’accusations : appels téléphoniques malveillants, menaces de morts réitérées, harcèlement et violences volontaires aggravées.

⋙ Contre les violences faites aux femmes : ces exemples à suivre

En mars 2019, l'une des administratrices du groupe Facebook "Féminicides par compagnons ou ex" [une page qui, comme son nom l'indique, recense méticuleusement les féminicides par compagnons ou ex-compagnons en France, ndlr.], alertait sur la question des violences conjugales dans l’Hexagone et plus particulièrement des féminicides. Pour elle, il s’agit en effet d’affaires de possession. "Ces hommes ont déshumanisé les femmes, ils les traitent comme des objets", expliquait-elle alors à Femme Actuelle. "Le passage à l'acte vient souvent d'une frustration liée à la dépossession. C'est comme un enfant à qui on voudrait retirer le jouet, il préfère le casser. On parle d'amour, mais c'est véritablement l'emprise qui déclenche les meurtres." Si le passage à l’acte n’a pas eu lieu dans ce cas précis, les déclarations de la police tendent à montrer qu’il s’agit, pour ce cas de violences conjugales,

(...) Cliquez ici pour voir la suite