Violences obstétricales : l’ONU demande à l'État espagnol d’indemniser une victime

© Getty Images

Pour le Comité pour l’élimination des discriminations contre les femmes de l’ONU, l’État espagnol doit respecter l’autonomie des femmes et leur capacité à prendre des décisions éclairées sur leur santé reproductive.

Une femme enceinte qui a subi des violences obstétricales en Espagne devrait être indemnisée par l’État a estimé jeudi un comité de l’ONU. Le Comité pour l’élimination des discriminations contre les femmes estime que la victime « a subi des violences obstétricales, un type particulier de violence contre les femmes dont il est démontré qu’elles sont très répandues, systématiques dans leur nature et enracinées dans les systèmes de santé », souligne un communiqué du Comité.

Le Comité a demandé à l’Espagne de verser à la victime, « une réparation appropriée du préjudice qu’elle a subi ». Selon les faits rapportés par le Comité, la victime, dont l’identité n’a pas été révélée, a fait l’objet d’un déclenchement du travail non justifié avant de se voir imposer une césarienne alors qu’elle avait les bras attachés au lit et en l’absence de son mari. Une fois le bébé mis au monde, elle a été empêchée de le prendre dans ses bras. Une naissance difficile, qui a débouché sur un syndrome de stress post-traumatique post-partum pour la jeune maman.

LIRE AUSSI >> Violences obstétricales : « Je ne voulais pas crier pour ne pas affoler mon nouveau-né »

Stéréotypes sexistes

Le Comité a demandé à l’Espagne « de respecter l’autonomie des femmes et leur capacité à prendre des décisions éclairées concernant leur santé reproductive en leur fournissant des informations complètes à chaque étape de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

VIDÉO - Illana Weizman sur le post-partum : "C'est une période qui est complètement invisibilisée. Beaucoup de gens ne savent meme pas que ça existe"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles