Violences sexistes et sexuelles : un guide publié à destination des employeurs publics

© fizkes / IStock

Cet outil devrait permettre aux victimes de se saisir plus facilement des dispositifs de signalements, déjà existant, mais très peu utilisés.

Provoquer un « changement de culture » : tel est le but d'un guide publié vendredi par le ministère de la Fonction publique, qui vise à sensibiliser les employeurs publics aux violences sexistes et sexuelles et à mieux recueillir les signalements des victimes.

Lire aussi >> Ernestine Ronai, une vie sous le signe de l’engagement contre les violences faites aux femmes

La marge de progression est immense : depuis 2018, à peine une centaine de sanctions (du simple avertissement à la révocation) sont prononcées chaque année à l'encontre des agents de la fonction publique d'Etat pour des violences sexistes et sexuelles.

Les femmes représentent près de six agents sur dix dans la fonction publique d'Etat, qui emploie environ 2,5 millions de personnes. « Il y a une vraie appropriation des dispositifs (de signalement) à mener », reconnaît-on au sein de l'administration, qui promet une « tolérance zéro » pour les violences sexistes et sexuelles.

Méconnaissance des dispositifs de signalement

Depuis une loi de 2019, les employeurs publics sont obligés de prévoir un dispositif de signalement pour le harcèlement moral, les discriminations et les violences sexistes et sexuelles. Mais jusqu'ici, « la communication sur les dispositifs de signalement n’était peut-être pas suffisamment exploitée et donc il y avait une méconnaissance », fait valoir le ministère. Le faible nombre de signalements et de sanctions montre aussi « la difficulté de témoigner de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi