Virginie Efira : son rêve d'après confinement va vous surprendre !

Lundi 11 mai marquait une étape importante dans la vie des Français. Après 55 jours de confinement, le pays a connu une première levée des mesures de restriction mises en place pour endiguer l'épidémie de Covid-19. Si de nombreuses célébrités ont profité de cette période d’isolement pour se rapprocher de leurs fans sur les réseaux sociaux, Virginie Efira, elle, a été particulièrement discrète. Aperçue pour la dernière fois à Juan-les-Pins, sur le tournage du film En attendant Bojangles de Régis Roinsard, l’actrice a fini par donner de ses nouvelles dans les colonnes de Madame Figaro. L’occasion de connaître enfin son opinion sur la crise sanitaire qui frappe actuellement le monde de plein fouet.

Virginie Efira rêve de foule "grouillante" et "suante"

Dans cet entretien, Virginie Efira a révélé ce qu’elle attendait le plus du "monde d’après" l’épidémie de coronavirus. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle rêve de choses tout aussi simples que surprenantes : "Une manifestation de gilets jaunes, une queue leu leu, un Festival de Cannes, une sortie d’école ou tout amas humain grouillant, suant et vivant… et la mer", a confié la compagne de Niels Schneider. Et de poursuivre : "Une des choses les plus marquantes dans ce que nous vivons est le caractère inédit de la décision politique – pratiquement internationale – de placer la vie humaine avant tout, au-dessus de tout, et cela quoi qu’il en coûte. C’est sans précédent dans l’histoire. Il me semble qu’il y a là une matière à penser le monde de demain de manière large et pleine d’espoir."

Maman d’une fille prénommée Ali, qui fêtera ses 7 ans dimanche 24 mai, Virginie Efira espère que de "véritables décisions" seront prises sur "l’urgence climatique", mais également sur les réfugiés et "les drames humanitaires vécus lors de leurs déplacements". "Et, bien sûr, revaloriser les métiers liés à la santé", a-t-elle déclaré. Un monde meilleur dont la star de cinéma rêve depuis longtemps déjà.

À lire aussi : Virginie Efira s'agace

(...) Cliquez ici pour voir la suite