Visite : découvrez le jardin d'Albert Kahn à Boulogne-Billancourt

Un jardin dessiné par un paysagiste

Fortune faite, le banquier Albert Kahn achète, en 1895, l'hôtel particulier qu'il loue depuis deux ans à Boulogne-sur-Seine. Il confie la création du parc au paysagiste Achille Duchêne, célèbre pour sa conception de « scènes ». Le verger et les rosiers du jardin français se déploient devant la serre. Plus loin, une rivière serpente dans le jardin anglais. En s'agrandissant, le terrain prendra plus tard du relief vers la forêt vosgienne et le jardin japonais, évoquant l'enfance et les voyages d'Albert Kahn.

Un jardin en hommage au Japon

En 1896, de retour d'un premier voyage au Japon qui s'ouvre au monde en pleine ère Meiji, Albert Kahn confie au maître charpentier Suzuki la construction de deux pavillons et d'une pagode avec des bois venus de l'archipel. Le jardin zen est traversé par une rivière enjambée de petits ponts de bois. La pagode a brûlé en 1953 et le jardin a été modernisé en 1989 par le paysagiste Fumiaki Takano mais les pavillons ont été restaurés en 2016 par un maître menuisier de Kyoto. Devant le jardin anglais, l'architecte Kengo Kuma fait sortir de terre un musée d'esprit zen, d'où l'on contemplera le jardin.

Albert Kahn, une personnalité humaniste

Né à Marmoutier (Bas-Rhin) en 1860, Albert Kahn devient Allemand en 1870 après l'annexion de l'Alsace. A 16 ans, il émigre à Paris. A la fin du siècle, le banquier enrichi n'a pas oublié cet arrachement. Message d'harmonie et de paix, son jardin abrite aussi le laboratoire et le lieu d'exposition de ses Archives de la planète constituées de films et d'autochromes (photos couleur sur plaques) rapportés de ses voyages, ainsi que des reportages d'universitaires français ou étrangers dont il finance le voyage pendant un an, jusqu'à la crise économique des années 1930. Il décède en 1940... alors que la France est occupée par l'Allemagne. Le nouveau musée départemental ouvrira en 2021.

Trois forêts très anciennes

Les quatre hectares en lisière de la capitale contiennent, en complément

(...) Cliquez ici pour voir la suite