"Vive les femmes d'Iran" : les joueurs de l'équipe nationale de football soutiennent la contestation dans leur pays

Robbie Jay Barratt pour Getty Images

Un geste fort et symbolique. Alors que les manifestations contre le pouvoir en place s’enchaînent en Iran depuis la mort de Mahsa Amini, interpellée par la police des mœurs pour ne pas avoir "correctement" porté le voile, l’équipe nationale de football a décidé de protester contre la répression meurtrière du régime. Mardi 27 septembre, avant leur rencontre amicale face au Sénégal, dans la banlieue de Vienne, en Autriche, les joueurs se sont rassemblés sur le terrain afin de chanter leur hymne national. À la grande surprise de tous, ils sont apparus vêtus d’une parka noire dépourvue de blason et du drapeau iranien, masquant ainsi volontairement leur maillot, a indiqué Franceinfo.

Un signe évident de soutien à la contestation du peuple, et notamment celle des femmes iraniennes, alors que la répression du pouvoir ne cesse de sévir depuis quinze jours : l'ONG Iran Human Rights (IHR) dénombre "au moins 76 morts" dont "six femmes et quatre enfants". S’ils savent qu’ils prennent un grand risque, seulement deux mois avant le début de la Coupe du monde au Qatar, les joueurs de l’équipe d’Iran assument leur prise de position. "La [punition] ultime est d’être expulsé de l’équipe nationale, ce qui est un petit prix à payer pour même une seule mèche de cheveux d’une femme iranienne. Ça ne sera jamais effacé de notre conscience, a écrit sur Instagram Sardar Azmoun, l’attaquant vedette de l’équipe, lundi 26 septembre. Je n’ai pas peur d’être évincé. Honte à vous d’avoir si facilement tué le peuple (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

A Paris, la Fashion Week remet l’extrême minceur à la mode (et c'est très problématique)
Un site va recenser tous les bars qui vont boycotter la Coupe du monde au Qatar
À Lyon, la première maison de retraite LGBT+ ouvrira ses portes fin 2024
Travail : le quiet-firing, une forme de harcèlement moral plus qu'une simple tendance TikTok
Les enfants transgenres ont officiellement le droit de porter le prénom qu’iels veulent à l’école