"Vivement dimanche" : cette blague potache de Michel Drucker sur les chroniqueuses de "Télématin"

·1 min de lecture

Le combat des géants. Il y avait en effet plus de cent années de télévision réunies sur le plateau de Vivement dimanche, ce 16 mai 2021. Michel Drucker recevait son confrère et ami William Leymergie, auteur de son premier roman, Mirebalais ou l’amour interdit. Ces deux hommes de télé ont profité du confinement pour se plonger dans l’écriture, l’un pour raconter le rôle des Mirebalais, ces hommes avides de plaisir, l’autre pour partager son expérience après sa grosse opération du cœur. Mais cette passion pour la littérature n’est pas le seul point commun des deux animateurs, qui font partie du patrimoine français. Si le rescapé d’un quadruple pontage coronarien a retrouvé son fauteuil rouge tous les dimanches après-midi, William Leymergie a, lui, déserté France 2 pour C8 où il s’invite à la table des téléspectateurs à l’heure du déjeuner dans William à midi. De quoi le changer des réveils au aurores du temps où il présentait Télématin.

Et c’est d’ailleurs sur ce sujet très sensible que Michel Drucker s’est permis un parallèle douteux. Alors qu’il évoquait l’atmosphère libertine du roman de son confrère, le maître de Izia a osé un : "on est loin de l’atmosphère qu’il y avait dans C’est au programme ?" "Ce n’est pas tout à fait la même chose, ni dans Télématin", a reconnu son convive, ajoutant qu’il le regrettait amèrement. S’en est suivie une discussion de comptoir sur un terrain plutôt glissant. "Il y avait beaucoup plus de filles que de garçons dans Télématin" a affirmé William (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles