Publicité

Voie lactée : son nouveau visage se dessine

Les résultats du satellite Gaia permettent d'affiner nos connaissances sur la formation de notre galaxie. Les plus anciennes étoiles dateraient de seulement 800 millions d'années après le Big Bang. Mieux : des collisions avec des galaxies naines et même des absorptions de galaxies sont maintenant documentées. Bienvenue dans l'ère de l'archéologie cosmique.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°915, daté mai 2023.

Ces astronomes se présentent eux-mêmes comme des "archéologues galactiques". Ils s'attachent à reconstituer l'évolution de l'ensemble de notre galaxie, la Voie lactée, qui contient quelque 200 milliards d'étoiles… et dont les prémices remontent au début de l'Univers lui-même, il y a plus de 13 milliards d'années ! Pour fouiller ses recoins et identifier les traces fossiles d'événements qui ont façonné son existence, ils utilisent des instruments d'une précision inouïe, comme le télescope Sloan Digital Sky Survey, situé à l'observatoire d'Apache Point aux États-Unis.

Mais surtout, le satellite Gaia de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui orbite à 1,5 million de kilomètres de la Terre et "révolutionne depuis quelques années la science de l'archéologie galactique ", constate Georges Kordopatis, de l'observatoire de la Côte-d'Azur. En inspectant chaque jour près de 70 millions d'étoiles, il a permis d'établir des cartes prodigieusement détaillées, de discerner de nombreuses sous-structures et dévoiler des phénomènes insoupçonnés jusqu'alors.

"Nous avons désormais une vision beaucoup plus claire de la manière dont notre galaxie s'est développée au cours de son histoire, s'émerveille Carine Babusiaux, de l'Institut de planétologie et d'astrophysique de Grenoble. Une évolution bien plus complexe et mouvementée qu'on ne l'imaginait, sous l'effet de processus se déroulant aujourd'hui encore. " Cela fait environ un siècle que les astronomes ont compris que notre galaxie était dominée par un immense disque en rotation de quelque 100.000 années-lumière de diamètre. Puis, à partir des années 1950, ils se sont rendu compte que ce disque était constitué de plusieurs "bras" principaux où la densité d'étoiles est particulièrement importante et qui s'enroulent en spirale autour d'un bulbe, même si leur nombre (quatre ou davantage) reste à ce jour incertain.

Le Soleil se situe dans un arc de [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi