Voilà combien un enfant coûte à ses parents, d'après une étude britannique

·2 min de lecture

La société d'investissement Moneyfarm a publié une étude sur ce que coûte un enfant : en Grande-Bretagne, les dépenses des parents peuvent aller jusqu'à 320 000 livres, soit environ 380 000 euros, pendant leurs 18 premières années.

Nourriture, logement, nounou… Avoir un enfant coûte aussi cher qu’un 3 pièces dans le centre de Lille. La société d’investissement britannique Moneyfarm a rapporté le 14 mars que les parents britanniques peuvent dépenser jusqu’à 320 000 livres sterling pendant les 18 premières années de leur enfant, soit environ 380 000 euros. En moyenne, le coût est de 202 000 livres sterling, soit environ 240 000 euros. Dans ces sommes, on compte les frais de nourriture, d’habillement, de logement et de garde qui sont engagés dès la naissance.

La période qui coûte le plus cher dans la vie d’un enfant est l’adolescence, plus précisément lorsqu’ils ont entre 15 et 18 ans. La facture pour ces trois années, durant lesquelles ils prennent leur indépendance et engendrent donc plus de dépenses, s’élève à 49 790 livres sterling, soit plus de 59 000 euros. La période entre les six et huit ans est la deuxième plus chère. Elle coûte en moyenne 30 000 livres, soit environ 36 000 euros –c’est presque le salaire moyen annuel des Français, évalué à 39 300 euros bruts par l’Insee en 2022.

Lire aussi >> « Les plaisirs, c'est seulement pour les enfants » : les ménages face à la baisse du pouvoir d'achat

Le coût d'un enfant en France

« De toutes les étapes importantes de la vie, fonder une famille est certainement la plus impactante. C’est un engagement que personne ne prend à la légère. Les priorités financières, sociales et professionnelles...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles