Voilà pourquoi vous allez payer votre melon plus cher cette année

Le melon est un fruit très attendu en été. Si vous faites partie de ces gens qui en mangent à (presque) tous les repas dès qu’ils font leur retour sur les étalages, on a une mauvaise nouvelle pour vous. Entre inflation et aléas climatiques, le prix du melon risque de flamber.

Le retour du melon est un plaisir de l’été que beaucoup d’entre vous attendent chaque année. Cette fois, vous risquez de le payer bien plus cher que d’habitude. Avec l'inflation et le réchauffement climatique, beaucoup d’aliments subissent une hausse des prix, une pénurie et parfois même les deux. Le melon n’y a pas échappé contrairement à ce fruit adoré des Français qui sera moins cher.

Des prix stratosphériques

Selon l’association interprofessionnelle du melon, un ménage consomme pas moins de 8 kilos de melon par an. Habituellement, les prix tournent autour de 2 ou 3 euros la pièce. A cause de l’inflation et les aléas climatiques, il pourrait atteindre 5, 8 voire 10 euros la pièce dans certains supermarchés. Des « prix stratosphériques » comme l’a rapporté BFMTV ce samedi 11 juin. Et ce, peu importe que le melon vienne d’Espagne, du Maroc ou de France car le melon charentais est une appellation commerciale et ne provient pas forcément de Charente.

La filière en crise

Plus généralement, la filière du melon est en crise depuis quelques années. D’un côté, les surfaces de culture diminuent drastiquement - entre 2012 et 2022, la filière française du melon a ainsi perdu un tiers de...

Cliquez ici pour voir la suite


À lire aussi :

Brexit : va-t-on payer le poisson plus cher pour les fêtes de fin d'année ?
Voici pourquoi vous allez vouloir manger des cerises cette année !
Votre whooper et votre Big Mac pourraient bientôt vous coûter plus cher. Voilà pourquoi.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles