Voiles brûlés, cheveux coupés : la mort de Mahsa Amini, goutte d'eau pour les Iraniennes ?

Un vent de révolte submerge l'Iran après la mort de la jeune Mahsa Amini, 22 ans. Cette dernière serait décédée suite à cette arrestation par les forces de l'ordre. Elle avait été arrêtée par la police des moeurs à Téhéran au motif qu'elle n'aurait "pas été assez couverte".

La jeune femme serait tombée dans le coma pendant sa garde à vue, avant de mourir le 16 septembre dernier à l'hôpital. De nombreux observateurs, comme l'avocat iranien Saïd Dehghan, dénoncent là "un meurtre", d'autres une mort pour le moins "suspecte". Et alors que des ONG comme Amnesty International alertent, les citoyennes iraniennes, elles, sortent dans la rue. Et manifestent leur colère.

Un vent de révolution

Les Iraniennes se sont réunies dans les rues de Téhéran afin de brûler leur voile, dont le port est obligatoire au sein du pays. Des vidéos de mobilisations ont été abondamment relayées sur les réseaux sociaux. Sur l'une d'elles, une manifestante s'exclame, de manière éloquente : "Notre rêve devient réalité ! Enfin nous brûlons le symbole de notre oppression dans la rue !".

Bien des internautes voient en tout cas là le symbole de la liberté, mais également du courage. Ces images sont saluées à l'international, et bousculent un pays où les droits des femmes sont largement malmenés. Au gré des vidéos, les Iraniennes ne se contentent pas de brûler leur hijab, elles se filment également en train de se couper les cheveux.

"Elles sont jeunes, très jeunes, mais...

Lire la suite


À lire aussi

"La mort de Mahsa Amini a réveillé la mémoire collective des femmes iraniennes"
En Iran, la jeune Mahsa Amini a-t-elle été tuée par la police pour non-port du voile ?
Un enfant aborigène obligé de couper ses cheveux à l'école