« Voir des femmes passionnées donnera envie aux filles de tenter l'aventure de la science »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Plus de femmes dans le domaine de la science. Un vaste programme que la Fondation L’Oréal et l’UNESCO tentent de rendre possible depuis 20 ans. Alexandra Palt, directrice générale de la Fondation L’Oréal, et Claudie Haigneré, première astronaute européenne à être allée sur l’ISS, se livrent pour ELLE sur la place des femmes dans la science.

Faire en sorte qu’il y ait plus de femmes scientifiques. C’est la mission que se donne depuis presque 20 ans, la Fondation L’Oréal. Le programme « Pour les femmes et la science » mené en partenariat avec l’Unesco, couronne chaque année des chercheuses du monde entier, – à l’instar d’Emmanuelle Charpentier (en 2016), dernière lauréate du prix Nobel de chimie 2020 – pour leurs travaux. Rencontre avec Alexandra Palt, directrice générale RSE du groupe L'Oréal et directrice générale de la FondationL’Oréal, et Claudie Haigneré, première astronaute européenne à être allée sur l’ISS (la station spatiale internationale), membre du conseil d’administration de la Fondation L’Oréal et soutien du programme depuis sa création.

ELLE. Où en sont les femmes aujourd’hui dans la science ?  

Alexandra Palt. Les choses progressent. En France, il y a aujourd’hui 28 % de chercheuses, contre 25 % en 2010. C’est une évolution positive, mais insuffisante. Lorsqu’on regarde les postes académiques les plus élevés, il n’y a plus que 14 % de femmes. Elles ne sont pas à des postes de décision. 

Claudie Haigneré. Il y a une amélioration mais elle reste fragile ; elle ne concerne pas tous les domaines. En ingénierie, en maths, en numérique... les femmes continuent à être très minoritaires alors que ces matières constituent des outils majeurs pour écrire le monde d’aujourd’hui et de demain. La crise de la Covid les a aussi...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles