Voiture d’occasion : attention à l’arnaque au compteur

Trafiquer le compteur d’une voiture d’occasion est une pratique qui ne date pas d’hier. On aurait pu penser que les véhicules contemporains, dotés de systèmes électroniques sophistiqués, seraient plus sûrs que les vieilles bagnoles équipées de compteurs à rouleaux. C’est exactement l’inverse. Plus faciles à pirater (il est possible de faire baisser le kilométrage de sa voiture pour 150 à 300 euros sur internet), les compteurs électroniques sont trafiqués avant revente sur le marché de l’occasion dans des proportions préoccupantes. On estime à 600 000 par an le nombre d’arnaques. De plus, ces manipulations exercées par des revendeurs peu scrupuleux sont parfaitement indétectables.

Les véhicules les plus touchés par ce fléau sont aussi les plus conduits par les Français. Les Peugeot 207, 208, 307, 308 ; les Renault Clio 3 et 4, Mégane 3 et 4 et Kangoo. De nombreux modèles allemands sont aussi trafiqués, notamment dans les marques prestigieuses que sont Mercedes, Audi et BMW.

Que faire ? Le bidouillage des compteurs étant indétectable, pas grand-chose malheureusement. Certains organismes de défense des conducteurs réclament une législation européenne plus stricte et surtout harmonisée. Ils demandent aussi que les constructeurs travaillent à compliquer l’accès aux boîtes électroniques des voitures, trop facilement piratables. Mais y ont-ils intérêt ? Une voiture d’occasion plus vieille qu’il n’y paraît a des chances de durer moins longtemps et c’est tout bénéfice pour le marché du neuf…

En attendant, il existe un site gouvernemental, nommé Histovec, qui permet de demander un historique de la voiture au vendeur. Le kilométrage n’est pas indiqué mais des informations qui peuvent déjà vous mettre sur la voie : date de mise en circulation, accidents, changements de propriétaire, etc.

Ce n’est pas la panacée, mais en attendant des mesures plus strictes, il faudra s’en contenter.

A lire aussi

⋙ Actions de la Française des Jeux : attention aux arnaques

⋙ Peut-on vendre une voiture

(...) Cliquez ici pour voir la suite