Publicité

Volley: Marmara nouveau sponsor titre de la Ligue de volley

Volley: Marmara nouveau sponsor titre de la Ligue de volley

C’était une chimère, une ambition. C’est devenu une réalité. Pour la première fois de son histoire, une société va apposer sa marque à côté du nom du championnat de France masculin de volleyball. Travaillant sur le dossier depuis plusieurs mois, le président Bouget et ses équipes ont signé le naming de la Ligue A Masculine.

La Marmara – Ligue A Masculine (LAM)

Selon nos informations, le nouveau nom devrait être la Marmara SpikeLeague. La société est un organisateur de voyages, filiale du voyagiste TUi Travel France.

Après le retour de diffuseurs, la saison dernière, pour retransmettre à la télé et sur les réseaux sociaux la LAM et la LAF, les équipes marketing du président Bouget travaillaient depuis de longs mois sur ce dossier de naming, aujourd’hui bouclé.

Durant l’été 2022, dans un tout autre genre, la LNV avait tenté d’attirer l’équipe nationale de Chine qui devait participer à la Ligue AM pour préparer les JO de Paris 2024 et amener deux millions d’euros par an dans les caisses du volley professionnel français. Mais le projet, bien avancé, avait été rejeté par le ministère des Sports. Alors que le logo du championnat devrait naturellement évoluer avec ce naming, la Ligue n’a pas encore communiqué le montant et la durée du contrat. A titre de comparaison, Uber Eats verse un peu plus de 15 millions d’euros par saison pour accoler sa marque à la Ligue 1 de football.

Plusieurs championnats européens ont déjà opté pour le naming

Le championnat de France de volley rejoint les ligues françaises de football, handball ou basket qui ont un sponsor titre pour leurs championnats, ainsi que les autres championnats européens de volley. En Italie, la Série A est sponsorisée par la banque Credem-Banca, la banque agricole d’Emilie-Romagne. Euromillions est le partenaire du championnat belge. La société de paris sportifs BetCity a accolé son nom au championnat néerlandais de volley-ball alors qu’en Russie c’est la société MIR qui sponsorise le championnat. En Turquie comme en Pologne, les deux compétitions masculines et féminines ont un partenaire titre : l‘opérateur mobile polonais, Plus, sponsorise la ligue masculine pendant que le fournisseur d’électricité national, Tauron, est associé au championnat féminin polonais.

Le naming est un vieux serpent de mer dans le petit monde du volley français. Alors que le Voléro Le Cannet est apparu en Ligue A Féminine en 2018, le Tours VolleyBall, premier budget de France, avait failli devenir le premier club masculin hexagonal à basculer dans le naming au début de l’été 2021. Après avoir recruté Kevin Tillie quelques semaines plus tôt, le TVB allait associer son nom à la chaîne de fast-food Mc Donald’s. Mais rapidement l’idée avait brutalement été retoquée par Emmanuel Denis, le maire EELV de la cité d’Indre-et-Loire, qui avait regretté "un choix délétère et un signe négatif".

Finalement, au tout début de l’été 2023, c’est le club de Poitiers qui a signé une convention de naming avec son sponsor titre, Alterna. Ce producteur poitevin "d’électricité verte et locale" a signé pour 5 ans sans communiquer le montant de l’opération. Si le "Alterna-Stade Poitevin-VolleyBall" (c'est son nouveau nom) est aujourd’hui sur les rails, le volley français est loin derrière les clubs italiens, turcs ou polonais, entre autres, dont la majorité ont apposé une marque, souvent locale, au nom de la formation.

Avec le naming, le volleyball français prend le virage du partenariat privé au moment où les collectivités territoriales investissent de moins en moins dans leurs locaux clubs et les institutions sportives.

Article original publié sur RMC Sport