Vosges : Lucas avait exprimé « sa volonté de mettre fin à ses jours », selon le parquet

© FREDERICK FLORIN / AFP

L’adolescent s’était confié dans son journal intime. Ses parents affirment qu’il était victime d’insultes à caractère homophobe de la part de camarades de son collège.

Lucas, l'adolescent de 13 ans qui s'est suicidé samedi 7 janvier à Golbey (Vosges) et dont les parents affirment qu'il était harcelé en raison de son homosexualité, avait exprimé « sa volonté de mettre fin à ses jours » dans son « journal intime », a indiqué vendredi le procureur de la République d'Epinal.

Moqueries et insultes à caractère homophobe

Lucas avait écrit dans son journal intime « un mot expliquant sa volonté de mettre fin à ses jours », a déclaré lors d'une conférence de presse Frédéric Nahon. Ses proches ont révélé dans leurs auditions l'existence de moqueries et insultes à caractère homophobe dont l'adolescent s'était dit victime de la part d'autres élèves de son collège de Golbey, a-t-il encore souligné.

L'enquête préliminaire ouverte mercredi s'attachera « à vérifier le lien de causalité direct entre ces faits et le suicide du jeune adolescent », a indiqué le procureur, invitant toutefois à de « la prudence quant à ce dernier point ». Elle devra également permettre de « confirmer la réalité des faits de harcèlement, leur durée, le contenu exact des propos dénoncés, et de vérifier les différentes mesures qui ont été prises », a-t-il poursuivi. « La piste du cyberharcèlement va également être vérifiée », a-t-il ajouté.

Concernant les causes du décès, « les constatations et l'autopsie effectuée par l'institut médico-légal de Nancy ont permis d'établir la thèse d'un suicide par...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi