"Je voulais avoir les droits d'un garçon" : Victoria Abril flingue le sexisme

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

"À l'époque, j'étais une fille qui voulait être un garçon. Je voulais avoir les droits d'un garçon". L'espace d'une interview pour l'émission "50 mn Inside", l'actrice Victoria Abril est revenue sur le sexisme dont elle fut victime durant sa jeunesse.

"À l'époque, j'étais une fille qui voulait être un garçon. Pas sexuellement parlant. Je voulais avoir les droits d'un garçon". L'espace d'une interview intimiste pour l'émission de Nikos Aliagas 50 mn Inside, Victoria Abril s'est entretenue sans détour sur le sexisme auquel elle a été confrontée. L'actrice espagnole de 62 ans est connue pour ses personnages de femme libre, des films de Pedro Almodovar à sa participation à la série Clem.

Elle s'est remémorée la condition des femmes dans la société espagnole des années 60. Le témoignage d'un système patriarcal où s'exprimer n'était pas si évident. "J'étais un fruit du péché. Ma mère ne s'était pas mariée avec mon père, donc on n'avait rien, même pas le droit d'avoir une maison. On était parqués dans des internats. Et le permis de vivre, c'était le mari qui te le donnait", s'est-elle souvenue.

"Le mari te donnait la permission de vivre"

"Dans la société espagnole des années 60, tu sortais de ta famille et tu avais un mari, et ce mari te donnait par écrit la permission de travailler, de voyager, d'avoir un compte en banque, il te donnait la permission de vivre", s'est encore remémorée l'artiste dans l'émission 50 mn Inside. Une situation à laquelle Victoria Abril n'a eu de cesse de réagir depuis en menant une carrière d'artiste faite d'audace, de liberté et d'émancipation.

Elle vient d'ailleurs de participer au clip de la chanteuse Suzane, intitulé à juste...

Lire la suite

À lire aussi

"Je suis une lesbienne infertile et je n'ai pas le droit d'être traitée en France"
Pourquoi la figure de la garçonne est toujours aussi inspirante
7 façons de réinventer complètement l'éducation des garçons

VIDÉO - Déclic - Marie Albert : "J’étais journaliste, malheureuse et dépressive. Je subissais des violences sexuelles et sexistes. Et puis j’ai eu un déclic"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles