"Nous voulons des droits, pas des miettes" : les lesbiennes interpellent le gouvernement

·1 min de lecture

"En 2020, seulement 37 % des lesbiennes avaient fait leur coming out au travail, contre plus de la moitié des gays. En 2020, les actes lesbophobes dans l'espace public se sont produits dans 68 % des cas envers des couple de femmes, quand les couples d'hommes n'étaient visés que dans 20 % des cas dans le même contexte". Ces chiffres percutants, SOS Homophobie en désigne la source : le patriarcat et la domination masculine sur lequel il repose.

"Dans notre société, l'homme est considéré comme la norme à la fois dans la lutte contre l'homophobie et dans les relations femmes-hommes entraînant une double invisibilité des lesbiennes et une absence de prise en compte des particularités de la lesbophobie. Cette invisibilité se manifeste au sein des luttes contre les LGBTIphobies, dans l'histoire des mouvements LGBTI mais également dans les programmes de lutte contre les discriminations." Elle est "intrinsèquement [liée] à la place et aux droits des femmes dans la société."

A l'aune du deuxième mandat d'Emmanuel Macron, l'association épingle plusieurs points : la santé des lesbiennes, rappelant "que plus du tiers des lesbiennes ont subi des discriminations au cours de leur parcours de soin et qu'un quart d'entre elles n'ont pas de suivi gynécologique" ; les dysfonctionnements de la justice, déplorant que la première condamnation d'un homme pour "viol en raison de l'orientation sexuelle" sur une femme lesbienne a dû attendre 2021, soit 17 ans après la création du...

Lire la suite


À lire aussi

"Je suis une lesbienne infertile et je n'ai pas le droit d'être traitée en France"
Scandale, invisibilisation, héroïnes : Alice Coffin nous raconte son "Génie lesbien"
7 figures lesbiennes qui ont révolutionné le monde

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles