Tout sur le concept islandais de l'Eingleði, ou comment célébrer la joie d'être célibataire

Godisable Jacob

Qui a dit qu’il fallait être en couple pour être heureux ? L’adage l’assure, “mieux vaut être seul·e que mal accompagné·e”. Les Islandais l’ont adopté pleinement. Comme l’explique un article de TerraFemina, le peuple nordique a inventé un concept qui ne peut faire que du bien : l’Eingleði. Autrement dit, la joie d’être célibataire. Une ode à profiter pleinement de sa liberté, mais aussi l’occasion de se recentrer sur soi.

“En Islande, l’idée de solitude n’est pas vue négativement alors qu’elle est souvent perçue comme embarrassante dans d’autres pays”, explique David Simonarson, fondateur d’une application de rencontre islandaise, dans Stylist. “Être célibataire nous donne la liberté de faire exactement ce que l’on souhaite, que ce soit prendre le temps de lire un bon livre ou sortir et socialiser.”

Avec ce concept, fini le sentiment de gêne qui s’installe parfois lorsque le couple n’est qu’un lointain souvenir et que notre entourage ne cesse de poser des questions. À toutes les réflexions de single shaming, qui stigmatise les personnes célibataires, en particulier les femmes, il suffira d’arguer que nous sommes adeptes du Eingleði, propose TerraFemina.

Mais ce n’est pas tout. Ce moment de célibat heureux peut être extrêmement bénéfique pour la santé mentale. Se recentrer sur soi, ses envies et ce qui nous rend profondément heureux·se et apaisé·e ne peut être que positif. Sans avoir à prendre en compte les émotions et les frustrations d’un·e autre, le quotidien est plus calme. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'infidélité des hommes se lirait sur leur visage, révèle une étude
Couple : êtes-vous victime de "pocketing", ce comportement toxique et néfaste pour la santé mentale ?
Quelle tendance dating vous correspond le mieux ? Faites ce test pour le savoir
Dating Sunday : le premier dimanche de l’année, meilleur jour pour trouver l’amour
Les séries Netflix influencent la sexualité des jeunes, mais leur impact n’est pas toujours positif