Vu d’Argentine. Maradona avait “touché le ciel”

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

L’icône du foot est décédée mercredi 25 novembre, à l’âge de 60 ans. L’ensemble de la presse argentine le pleure comme “le meilleur joueur de tous les temps”, sans cependant cacher ses “addictions”.

Le 30 octobre, il avait fêté ses soixante ans. Près d’un mois plus tard, il est décédé d’un arrêt cardio-respiratoire, ont annoncé ses proches. Le gouvernement argentin a décrété trois jours de deuil national.

Dès l’annonce de sa mort, ce mercredi 25 novembre, tous les sites des principaux journaux argentins reviennent sur la disparition d’‘El Pibe de Oro”. Une “gifle émotionnelle nationale [et] une nouvelle qui marque un avant et un après dans l’histoire mondiale”, comme l’écrit le quotidien Clarín.

À lire aussi: Football. La presse argentine annonce la mort de Diego Maradona

Tout en lui rendant un hommage plus que vibrant, le journal évoque aussi, en passant, les failles de celui qui restera comme l’une des stars du foot argentin – et mondial. Clarín écrit notamment que Maradona fut, dans sa carrière et dans sa vie personnelle :

Une permanente montagne russe entre ses merveilleuses surenchères et ses chutes brutales [car] personne n’a jamais donné à Diego les règles du jeu. Personne de son entourage ne lui a donné le mode d’emploi. Personne n’a eu la manette pour diriger le destin d’un homme qui, avec les mêmes pieds avec lesquels il avait joué dans la boue, est parvenu à toucher le ciel.”

Pour le site du quotidien sportif Olé, Diego est éternel, un mythe et une légende, peu importe la pire des nouvelles”. L’éditorialiste du journal poursuit :

Merci pour nous avoir rendus aussi immensément heureux. Pour nous avoir fait sentir l’orgueil d’être né dans ce

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :