“La Reine des neiges 2” : mort d'un personnage principal, nouvelle voix d'Elsa... ce qui vous attend dans ce nouveau volet qu'on a adoré

Enfin ! Six ans après la sortie de La Reine des neiges, Elsa et Anna reviennent sur nos écrans mercredi 20 novembre 2019. Le 53e classique d'animation des studios Disney, qui avait réussi à casser les oreilles des parents avec son tube planétaire Let it Go (Libérée, délivrée en français, interprété par Anaïs Delva) s'offre une suite digne du premier volet, considéré comme le plus grand succès de tous les temps pour un film d'animation. Dire que ce nouveau long-métrage est très attendu serait donc un euphémisme.

Commençons par les points négatifs, puisqu'il y en a peu. 1h44 de film, pour des enfants en bas âge, ce n'est pas forcément facile à avaler, même si c'est signé Disney. Le scénario est par ailleurs bien paresseux et le schéma narratif ressemble un peu trop au premier : Elsa n'en fait qu'à sa tête, Anna part la sauver et Olaf... nous fait rire. Heureusement que les vrais fans cherchent leur bonheur ailleurs ! Enfin, celles et ceux qui s'attendaient à ce que Disney donne une petite-amie à Elsa (qui serait ainsi la première princesse lesbienne de l'histoire des studios) risquent d'être très déçus. Après des années entre espoirs et polémiques, la firme aux grandes oreilles, qui avait fait couler beaucoup d'encre sur la question, se montre toujours frileuse. Dommage pour une entreprise qui se dit progressiste et fait tout pour gommer ses classiques un poil datés avec ses princesses à sauver par de preux chevaliers. Alors oui, Elsa se fait une copine (une amie, plutôt) et chante des morceaux à double sens mais les engagements LGBTQI+ forts et prônés ne sont toujours pas à l'ordre du jour.

Heureusement, Olaf nous ferait presque tout oublier avec ses questions existentielles enfantines et autres gesticulations comiques. Les fous rires sont nombreux et les enfants présents dans la salle rigolaient à gorge déployée. Finalement, le plus grand tube de ce volet sera peut-être celui de Kristoff, en duo avec Sven pour un clip kitschissime faisant honneur à l'ère des meilleurs

(...) Cliquez ici pour voir la suite