Les wild-cards à nouveau permises en 2021

Léna Buffa
·2 min de lecture

Les instances dirigeantes du MotoGP ont annoncé le retour du système de wild-cards pour la saison 2021, un premier changement encourageant après une première saison profondément chamboulée par la pandémie de COVID-19.

Au mois de mai, alors que le championnat était à l'arrêt dans un contexte de confinement décidé pour faire face à l'explosion du coronavirus, interdire exceptionnellement les wild-cards pour la saison 2020 avait été une mesure forte encadrant la manière dont la compétition allait pouvoir reprendre deux mois plus tard. Se profilait en effet une saison très compactée et soumise à un protocole strict visant notamment à fortement limiter l'accès du paddock et le nombre d'intervenants dans chaque équipe. La dizaine de personnes représentée par chaque inscription de pilote invité par un constructeur avait donc été jugée comme un bonus qu'il convenait d'éviter en attendant des jours meilleurs.

Lire aussi :

Le palmarès complet de la saison 2020

Lors d'une réunion de la Commission Grand Prix, qui s'est tenue le week-end dernier en marge du Grand Prix final de cette saison si particulière, les représentants de la Dorna, de la FIM, de l'IRTA et des six constructeurs engagés en MotoGP, ont pris, parmi d'autres mesures, la décision d'autoriser à nouveau l'inscription de wild-cards en 2021.

"L'inscription de wild-cards a été supprimée pour 2020, dû aux restrictions liées au COVID-19. Pour 2021, les wild-cards seront permises dans toutes les catégories, avec un maximum de deux par catégorie à chaque épreuve", est-il précisé. Il est également détaillé que les wild-cards de la catégorie Moto3 devront, comme en Moto2, s'appuyer uniquement sur des équipes déjà inscrites.

Parmi les six constructeurs engagés en MotoGP, ils étaient quatre en 2019 à avoir profité de ce système figurant au règlement sportif, seuls Yamaha et KTM ayant à l'époque choisi de concentrer exclusivement leurs efforts sur leurs équipes de course. Aprilia, Suzuki, Ducati et Honda avaient tous aligné leur pilote d'essais sur un certain nombre d'épreuves : une seule en tant que wild-card sur la RC213V pour Stefan Bradl qui avait toutefois ensuite remplacé Jorge Lorenzo lorsque celui-ci s'est blessé, et jusqu'à cinq fois pour Bradley Smith sur la RS-GP.

En 2020, Jorge Lorenzo avait annoncé s'inscrire au Grand Prix de Catalogne en tant que wild-card avec Yamaha, qu'il venait de rejoindre comme pilote d'essais, avant que le changement de règle ne vienne mettre à mal ses plans.