William Sheller et Véronique Sanson : "Entre nous, c’était une histoire impossible"

·1 min de lecture

"William Shelller passe aux aveux ", titre Paris Match, dans son édition du jeudi 18 mars 2021, qui a rencontré le chanteur à l’occasion de la parution de son autobiographie intitulée William par William Sheller qui vient de paraître aux éditions des équateurs (100 p., 23 €). Et c’est vrai que l'artiste aux quatorze albums, auréolé de quatre Victoire de la Musique se met à nu dans son livre tout comme dans cette interview. Parce que le moment était venu. Et que de toute façon, il a définitivement raccroché.

William Sheller discute de tout sans tabou. Avec une émouvante sincérité. Il n’hésite pas à parler du burn-out qu’il a fait (comme Claudio Capéo) il y a quelques années. Il parle aussi d’amour, de ses relations avec les filles comme avec les garçons, de ses soirées folles dans les années 1970 et 1980 avec Catherine Lara et Patrick Juvet. William Sheller raconte aussi la quête de son père biologique, qu’il a mis dix ans à retrouver. Il évoque également la drogue et ne cache pas en avoir consommé. "La coke m’a aidé à tenir, à avoir du punch quand il fallait enchaîner les concerts", révèle-t-il. Avant de mettre en garde : "Mais elle a détruit ceux qui n’avaient pas de vie intérieure".

Le chanteur qui va bientôt avoir soixante-quinze ans et compte les années qu’il lui reste à vivre se livre aussi à propos de sa passion secrète pour Véronique Sanson. "Véro et moi c’est au-delà de la musique: ", constate William Sheller. Avant d’ajouter: "Seulement, elle est tellement borderline (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite