William Sheller raconte ses collaborations avec Barbara, Véronique Sanson et Dalida

·1 min de lecture

Un homme parfois tourmenté, mais globalement heureux, comme dans le titre de son plus célèbre tube. A 74 ans, William Sheller, qui ne monte plus sur scène depuis plusieurs années, revient sur sa carrière de compositeur parfois égaré dans une autobiographie sobrement intitulée William, aux éditions de l'Archipel. Invité de Patrick Cohen, vendredi sur Europe 1, l'artiste a évoqué certains de ses souvenirs, et notamment ceux construits avec trois chanteuses célèbres.

>> Retrouvez les entretiens de Patrick Cohen tous les jours sur Europe 1 à 12h40 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Barbara, celle qui l'a poussée à devenir chanteur

"Je voulais être musicien, je ne voulais pas être vedette", autrement dit chanteur, confie pudiquement William Sheller. Celle qui l'a poussé à s'approcher du micro s'appelle… Barbara. Une immense artiste dont il a repris la chanson Vienne, "en gardant la même forme d'harmonie mais avec de petites choses, des contrepoints, du bazar." 

"Je ne l'aurais pas chantée si je n'avais pas eu son approbation", assure l'artiste à propos de Barbara, avec qui il a ensuite travaillé sur l'album La Louve, sorti en 1973. 

Véronique Sanson et le rêve d'un concert à deux pianos

"C'est un piano qui m'appelle / De loin, jusqu'à l'autre bout /D'une étrange amitié fidèle…" Saviez-vous que les paroles d'Enygma Song, chanson de William Sheller sortie en 2000, évoquent Véronique Sanson ? "Il était question d'un mythique concert à deux pianos", sourit le chanteur au micro d...


Lire la suite sur Europe1