XV de France: Giroud défend la préparation physique des Bleus après la blessure de Ntamack

XV de France: Giroud défend la préparation physique des Bleus après la blessure de Ntamack

Il ne reste plus qu'un seul test match au XV de France, face à l'Australie, avant la Coupe du Monde qui démarre le 8 septembre prochain. Après huit semaines de préparation, le XV de France s'est d'abord incliné contre l'Ecosse (25-21) avant de prendre sa revanche sur le XV du Chardon (30-27) et de s'imposer contre les Fidji (34-17). Ce dimanche, les Bleus défieront les Wallabies au Stade de France, un test-match qui fera office de répétition générale avant d'affronter la Nouvelle-Zélande à Saint-Denis le 8 septembre prochain en match d'ouverture.

"Il y aura des blessés, et il y en aura encore"

Une préparation, avec donc quatre matchs amicaux, qui a laissé des traces. Le XV de France a perdu Romain Ntamack sur blessure, obligé de déclarer forfait pour la Coupe du monde, et les Bleus devront faire sans Cyril Baille pour le début de la compétition. Mais pour Thibault Giroud, directeur de la performance du XV de France, les blessés ne sont pas des surprises : "La première chose que je vous ai dit en début juillet, c'est qu'il y aura des blessés. Et ce n'est pas fini, il y aura encore des blessés. Ça fait partie du rugby professionnel. Il y a eu beaucoup de polémiques ces dernières semaines sur la préparation. C'est comme tous les quatre ans, quoi que vous fassiez dans la préparation, soit elle est trop dure, pas assez bien ou trop facile. On prend des risques et on s'expose à avoir des blessés mais on n'a pas le choix. On doit faire des matchs amicaux. On l'a expliqué au début."

Le nombre de matchs amicaux a justement été reproché au staff du XV de France. Selon Thibault Giroud, les minutes accumulées avant la Coupe du monde sont nécessaires et les blessures n'ont rien changé à la préparation des Bleus : "Si on parle des temps de jeu, pour l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande, on est à 127 minutes en moyenne pour les avants et à 152 pour les trois-quarts. Nous, l'équipe de France, on est à 86 et 87. Il faut que tout le monde comprenne qu'on est obligé de jouer des matchs. On ne peut pas sortir les mecs comme ça contre les All Blacks, les mettre sur le terrain et qu'ils soient bons, ça, ça n'existe pas. On a besoin de jouer pour retrouver de l'intensité et nos automatismes techniques et tactiques. Il n'y a que l'Irlande qui a moins joué que nous mais sinon toutes les grosses nations ont plus joué. Ils vont encore jouer ce week-end comme nous. On n'a pas changé la préparation parce qu'on a perdu Romain (Ntamack) et que Cyril (Baille) s'est blessé. On est sur la route, on suit notre chemin."

Article original publié sur RMC Sport