Yannick Noah inquiet pour ses enfants

Le confinement imposé par la crise sanitaire du Coronavirus, personne ne le vit de la même façon. Il y a ceux qui vivent dans la rue, ceux qui ont des jardins, des balcons, des maisons de campagne. Il y a ceux qui s’entassent dans de appartements exigus. Il y a a ceux qui meurent de solitude et ceux qui craquent parce que les devoirs, la cantine, le ménage, les cris des enfants, c’est trop. Il y a ceux qui se retrouvent aux chômage et ceux qui peinent à télé-travailler.

Mais au fond tout ça ce n'est rien quand les tristes annonces de décès affluent de toute part. Chez les gens comme vous et moi, comme chez les personnalités, les hommes et femmes issus de la politique mais aussi de la littérature, de la télé ou du cinéma. Nous avons appris avec beaucoup de tristesse que le père d’Amélie Nothomb, le diplomate belge Patrick Nothomb, venait de mourir du coronavirus à 83 ans ainsi que le chanteur et saxophoniste Manu Dibango, décédé mardi 24 mars à 86 ans.

C’est pour rendre un dernier hommage à Manu Dibango son "tonton" et "ami de la famille" que Yannick Noah s’est exprimé au micro de BFMTV. Les traits tirés par le chagrin et l’anxiété, il a exprimé son inquiétude. Son confinement ne lui pose pas de problème. Le chanteur habite à la campagne et a "plutôt de la chance", il en convient. "J’ai une petite cabane, je suis seul dedans. Je mange une fois par jour. Le reste du temps, je regarde des films, j’écoute de la musique, je lis. Je reste tranquille. On range la maison. On fait des choses qu’on n’a pas l’habitude de faire. On prend le temps."

S’il est tenaillé par le stress, Yannick Noah, c’est au sujet de ses cinq enfants "éparpillés". Joakim, Yéléna, Eleejah, Jenaye et le Joalukas sont tous disséminés dans le monde entier. La voix du papa se brise quand il explique:" J’en ai une à Londres, l’autre à New York. Ils sont un peu comme on était il y a une dizaine de jours. On savait qu’il y avait quelque chose de grave mais on n'était pas conscients. Vivant ce qu’on vit en France,

(...) Cliquez ici pour voir la suite